vendredi 7 mai 2010

Le coucher Montessorien


Photo par Glue sky(c) denichee sur ce blog.

J'ai fait un petit tour des blogs et des sites lies au monde des enfants la semaine derniere. Quelle agreable surprise ! J'ai decouvert qu'une reelle dynamique etait presente dans de nombreux foyers, vers l'autonomie de l'enfant d'une part et qu'il existe un reel interet pour la pedagogie Montessori. Mais j'ai surtout decouvert une soif de remise en question, un desir d'apprendre en tant que parents, de faire encore mieux, d'aller de l'avant pour ses enfants et pour soi-meme, avec une veritable conscience humaine et humaniste. La meme soif qui m'a motive lorsque je me suis retrouvee - completement - paumee il y a quelques annees a l'autre bout du monde avec mon bebe dans les bras, loin de ma famille, de mes amis, avec des meres autour de moi ayant une culture bien differente de la mienne et surtout parlant une autre langue.

Je comprend aussi que beaucoup d'entre nous, parents, n'aiment pas l'idee d'un curriculum a suivre. Je pense que ce n'est d'ailleurs pas le but d'une telle pedagogie, mais reellement d'aider a comprendre les mecanismes de l'enfant. Maria Montessori n'aurait jamais voulu d'un dogme de la pensee ou de l'education. Elle les faisaient tous tomber. Il n'y a rien de dogmatique donc dans une telle approche de l'education, chaque foyer est libre d'interpreter mais surtout d'organiser son propre espace de vie commune, ou individuelle. Ce qui est interessant c'est de realiser pourquoi on met un matelas au niveau du sol, tout comme pourquoi l'enfant a acces a la nouriture et donc pourquoi il a besoin de cette autonomie pour bien se construire et pourquoi elle est terriblement necessaire.

Il y a ici, un exemple sublime d'une mise en application spontanee et ouverte de cette philosophie de la vie. Je dois dire que je suis touchee par la volonte de cette maman, qui a deja un certain nombre d'enfants, a vouloir faire de son mieux, mais surtout de poser des questions a d'autres mamans, de s'inspirer, d'echanger, de comprendre. Et ce qu'elle fait est magnifique a mon sens.

Je vais essayer de repondre a une question recurrente sur tous ces blogs forts de motivation, et surtout de les encourager ; une question qui se pose ou s'est deja posee dans le coeur de toutes les mamans, moi la premiere, qui trouvent cette pedagogie interessante, mais qui doutent de certains procedes pour une question de pragmatisme et de temps.

J'ai lu a maintes reprises : "Cela a l'air genial cette pedagogie Montessori, mais on doit y passer un temps fou". Et bien non, c'est l'inverse. On passe bien moins de temps a lutter contre la negation de nos enfants et a lacer des chaussures, moucher des nez ou encore se battre pour les coucher. Lorsque l'on a bien compris la finalite de cette pedagogie et que l'on reussit sa mise en application dans la vie, la realite, c'est un veritable soulagement. Les enfants sont des etres independants qui ne demandent pas une aide constante. C'est donc un intense investissement au depart, un veritable retour sur soi-meme, certes, mais c'est un gigantesque cadeau ensuite, pour les enfants et pour les parents. Et cela vient tres vite.

Parlons donc ici du coucher. Je parle encore de ma propre experience avec mes enfants. L'experience prevaut toujours sur la theorie.

Ils ont eu un lit Montessorien. Lili en a eu un plus tard que Jules. Mais nous n'avons jamais eu de probleme au coucher, car nous n'avons pas force nos enfants a se coucher. Depuis qu'ils sont en age de se coucher seuls, de marcher ou meme de se deplacer, ils le font par eux-memes. Il est arrive ou il arrive encore qu'il y ait des cauchemars, qu'un sommeil ne soit pas continue, qu'un changement bouleverse leurs habitudes, mais ce sont des periodes normales et necessaires qui ne se prolongent jamais. Encore une fois, avec l'experience, je realise que c'est lorsqu'on les a force que cela s'est mal passe. Ils resistent. Ils luttent et c'est bien normal.

Je crois que l'important dans l'education Montessori c'est de realiser pourqu'elles raisons on "laisse faire". Si on decide de les coucher sur un matelas au sol, ce n'est pas uniquement pour qu'ils se levent seuls le matin. Mais aussi et surtout pour qu'ils aillent se coucher seuls le soir.

Lorsqu'un enfant a faim, il se nourrit. Lorsqu'il a sommeil il va se coucher.
Je crois que laisser un enfant dans sa chambre avec une loupiotte douce et quelques livres ou jouets, est une excellente reponse a son besoin de liberte mais egalement d'independance, d'autonomie. Je vous assure que si l'enfant est considere comme un individu responsable, il ne se revolte pas et va se responsabiliser. Il eprouve tellement de fierte, de confiance en lui-meme.

Nous lisons donc des histoires ensemble au salon tous les soirs, puis mes enfants vont dans leur chambre apres avoir brosser leurs dents. Jules qui a 22 mois egalement. Il en est de meme pour la sieste. Il va seul se coucher dans la journee lorsque nous sommes a la maison. Le coucher n'a jamais ete une punition ou un ordre de ma part, mais une reponse a un besoin. C'est un acte naturel et necessaire, comme boire ou manger. Lorsque le sommeil est la, ils ferment les yeux et s'endorment. Si ils ont besoin d'un peu de temps dans leur chambre avant de s'endormir, libre a eux. Recemment Jules, sortait de sa chambre. Il venait zieuter ce qui se passait au salon. Nous avions des amis ce soir la. Il etait curieux. Je ne l'ai pas gronde, mais raccompagne a sa chambre et lui ai explique que nous avions besoin d'etre avec nos amis seuls. Il a reproduit l'experience 2 ou 3 soirs. Cela ne durait que quelques minutes. Depuis, il ne sort plus du tout. Je suis certaine que si nous l'avions gronde, ou puni, la situation aurait pris certainement des proportions demesurees et au final completement illogiques. Encore une fois si on respecte l'enfant, il apprend a se respecter lui-meme. C'est une phase importante pour qu'il apprenne ensuite a respecter les autres. Ce n'est pas de la frustration ou de la contrainte que naissent les plus belles et riches experiences de la vie a mon sens. Mais plutot de celles ou l'individu s'exprime en complete harmonie avec lui-meme.

Je vais vous raconter une petite histoire sur la liberte qui pour ma part m'a beaucoup touche et surtout fait realiser de cette formidable aventure dans laquelle nous nous sommes engages.

Lorsque ma fille a integre l'ecole Montessori, elle etait ravie de sa liberte qui etait de pouvoir sortir de la classe a son seul desir et bon vouloir. Pour ce faire, les enfants se passent un cordon de couleur autour du cou et peuvent aller s'occuper du jardin potager ou jouer de la musique dans la salle des instruments avec un enseignant en musique. Bien entendu l'enceinte de l'ecole est bien fermee et securisee (nous ferons de meme pour une chambre). Il y a toujours l'un des assistants qui "surveille" cet espace.
Les premiers jours, la maitresse me disait que Lili passait ses journees entieres dehors. J'etais inquiete, je doutais des benefices de cette liberte. Je remettais tout en question. Je me disais que la theorie ratait le coche de la realite, qu'un enfant avait besoin de reperes, de regles, ect.
Mais la maitresse m'a dit avec son plus grand sourire, ne lui en parlez pas, surtout pas. Ne dites rien et je ferais de meme de mon cote. Vous allez voir.

Apres plusieurs jours de liberte a gambader gaiement, Lili ne sortait plus. Elle passait le plus clair de son temps dans la salle de classe. Et ce, sans la moindre intervention de l'adulte.
Pour elle, etre dans une salle de classe n'est donc pas une contrainte. C'est sa decision. Elle a realise a un moment donne que ce qui s'y passait etait tout aussi interessant, voir meme peut etre plus interessant, que ce qui se passe dans la cour. Et ceci a l'age de 3 ans. Et comme me l'a dit ensuite l'enseignante, a l'age de 3 ans Lili a vecu une experience dont elle a tire un enseignement constructif, a vie probablement. Elle a pose des limites autour d'elle-meme par elle-meme. Et c'est cela le plus important. De toute la pedagogie Montessori, si il y a un mecanisme a comprendre, a retenir et a integrer dans notre facon d'eduquer nos enfants, c'est celui la.

Ils sont incroyables. Il faut vraiment leur faire confiance. Il faut vraiment sortir de l'idee qu'un enfant est un etre incapable de se gerer seul, de se realiser, de se construire. A moins d'etre handicapes, les enfants sont de veritables petits etres pensants et faisants qui ont besoin de peu d'aide.

Leur mettre des barrieres, ce n'est pas les aider. La societe d'aujourd'hui souffre terriblement d'assistanat. Moi meme, je me suis sentie demunie a plusieurs reprises devant des situations qui me semblaient insurmontables. Pourtant elles ne l'etaient pas. Elles etaient simples et banales pour d'autres personnes, venant d'autres cultures ou region du globe, avec des priorites differentes par exemple. Je manquais simplement de confiance en moi, de courage, de volonte, non pas a me "depasser", mais a exister tout simplement. C'est ce que j'essaye aujourd'hui d'eviter avec mes enfants. Je crois que ce monde de demain va etre intense a vivre. Les meilleurs des outils pour y vivre seront sans aucun doute l'autonomie, l'adaptabilite et l'autodidactisme. Tanpis si un bout de chemise depasse du pantalon apres que l'enfant se soit habille ou si un verre a ete casse alors qu'il faisait la vaisselle. Ce n'est pas cela l'important.

"N'élevons pas nos enfants pour le monde d'aujourd'hui. Ce monde aura changé lorsqu'ils seront grands. Aussi doit-on en priorité aider l'enfant à cultiver ses facultés de création et d'adaptation." Maria Montessori

95 commentaires:

  1. Ton texte est superbe!
    Combien je te rejoins sur cette idée de dogmatisme...
    J'ai eu un message d'une maman via un autre blog, qui semblait connaître les écrits de Montessori, et qui pensait qu'il était trop tard pour se lancer dans cette pédagogie... car son enfant avait un peu plus de ...3 ans! et qu'il manquait de concentration... !!!
    Il faut faire vivre cette pédagogie d'une grande humanité et bienveillance avec ce que l'on est soi, sinon, rien ne fonctionne. Comme toute théorie, elle nécessite certes une remise en cause personnelle de ses pratiques éducatives, mais en aucun cas elle ne peut être un frein à sa mise en pratique. Il ne faut pas non plus vivre cela comme un modèle absolu, en se sentant "coupable" (je n'aime guère ce mot...) de ce que l'on a fait avant avec ses enfants. En éducation rien n'est jamais trop tard, surtout à 3 ans, l'âge de l'entrée à la maison des enfants!
    Encore merci, Sand, ce que tu partages ici est essentiel, cela m'émeut beaucoup que tu mettes ici en mots les idées que l'on essaie de faire passer et de pratiquer chez nous, à l'asso, à l'école, au quotidien...

    RépondreSupprimer
  2. Comme tu le dis Aline, se sentir coupable ne sert a rien. La vie n'atteint jamais la perfection. Elle essaye juste de s'en rapprocher. Les parents parfaits n'existent pas, les enfants parfaits non plus. De plus rien n'est irreversible. Il y a toujours matiere a changer et a s'ameliorer. Ce que j'ai mis en application avec Jules depuis le debut, je ne l'ai pas fait avec Lili. Et pourtant elle ne s'en porte pas si mal aujourd'hui ! J'ai simplement a un moment donne cherche a depasse tout cela, a ne plus ecouter les discours autour de moi et a vivre l'intuition de ce qui me semblait "juste". Et c'est la que j'ai digere la pedagogie Montessori que je m'efforcais d'ingurgiter depuis la grossesse de ma fille ! C'est la que tout a pris son sens. J'ai passe des annees a mouliner dans le vent, mais pas tant que cela finalement, car un process etait enclenche et je savais que j'etais dans la bonne direction.
    Et il y a encore un tas de choses que j'apprends tous les jours, je fais encore pleins de "conneries".

    RépondreSupprimer
  3. j'aime beaucoup ce que tu viens d'écrire...et je pense qu'on essaye tous de faire ce qui nous semble juste.

    et suite à un de tes articles ou tu avais evoquée la question de la nourriture, j'ai pensé à toi aujourd'hui en donnant à manger à mon fils quand il le reclamait et même si ce n'était pas l'heure.

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'est TRES vrai ce que tu dis. C'est pour cette raison que j'essaye de faire partager les aspects positifs de cette education que je vis avec mes propres enfants de maniere aussi engagee. Car la theorie est une chose vraiment difficile a mettre en pratique. Ce que j'essaye de faire ici a travers ces articles, c'est de montrer que c'est assimilable tres facilement dans la vie de tous les jours, car c'est quelque chose que j'ai mis beaucoup de temps a saisir et a realiser moi-meme qui m'ont cause beaucoup de decouragements. J'ai eu tres souvent l'envie de rebrousser chemin et de me dire, non l'autorite et la bonne vieille methode, finalement... Mais c'est de cela qu'il faut reussir a s'extirper. Il n'y a pas une seule bonne methode d'une part, mais egalement des mecanismes qui sont reels et interessants a comprendre d'autres parts, via l'observation. En fait, un peu comme si il ne fallait jamais s'ancrer dans une certitude ou une facon de faire. Et aussi surtout laisser tomber les idees preconsues et se mettre dans une constante remise en question.
    Cela peut paraitre fatigant, titanesque, mais en fait cela ne l'est pas. Cela devient un automatisme.

    Ton exemple sur l'heure des repas par exemple, j'ai mis un temps fou a le realiser !! Lili a ete matee etant plus jeune. Elle n'avait pas droit a biscuit en dehors de ces heures de repas ou du goute. Jusqu'a ce que je realise de mon erreur, qu'un metabolisme n'est pas universel mais individuel, que la taille de l'estomac d'une enfant de 2 ans n'a rien de comparable avec celui d'un adulte, et encore moins son systeme digestif, ni ses besoins, ect... Merci pour ce commentaire qui remet l'eglise au milieu du village Severine !

    RépondreSupprimer
  5. Merci et merci pour tous ces commentaires. Tous très à propos est utiles. Je te comprends très bien Sand --moi aussi je me suis retrouvé maman, seule, loin de sa famille et dans un pays étranger. Les lectures, les blogs tout cela m'a aidé et les différentes méthodes "ouvertes" (comme Montessori) m'ont aidé à prendre les choses simplement, doucement et je crois que cela marche avec les petits, qui comme tu le dis si bien comprennent bcp plus que l'on ne croit. Ils nous étonnnent chaque jour. Merci encore!

    RépondreSupprimer
  6. je reviens chez vous car je me sens bien ici...cela alimente ce vent nouveau qui souffle chez moi depuis la naissance de mon troisième enfant...merci!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    Tres bonne idee le lit Montessorien mais je me demande si c'est bien hygienique de laisser un matelas par terre qui peut devenir humide et a hauteur de la poussiere...

    RépondreSupprimer
  8. C'est une excellente question !! Je m'etais posee la meme a l'epoque pour Lili.

    Tout d'abord il faut realiser qu'un enfant ne passe pas beaucoup de temps sur un lit montessorien. Il va y dormir normalement entre l'age de 3 mois et 18 mois. A cet age, ils ne sont pas de gros transpireurs. La surface du corps au contact du matelas est tres tres faible. Il est evident que la piece doit etre ventilee, aeree tous les jours avec soin. Il ne faut surtout pas hesiter a utiliser des protections pour le matelas que l'on change regulierement et le retourner constamment. De toutes facon on utilise souvent des aleses qui empechent l'air de passer, meme sur un matelas dans un lit a barreaux ! On peut aussi relever le matelas lorsque le bebe n'est pas dessus... C'est largement suffisant pour ventiler le dessous du matelas.

    Jules etant asthmatique, je n'ai pas voulu prendre le moindre risque effectivement. J'ai donc utilise le sommier d'un petit lit dont j'ai scie les pieds. Ce qui a sureleve le niveau de quelques centimetres seulement. J'ai mis des coussins au sol tout autour. J'ai deja vu faire avec un systeme de "palette maison". Le bricolage, si il y a, doit etre "safe", avec un bois ponce et un espacement de lattes bien reflechi ! A vrai dire j'encourage plutot l'usage d'un matelas simple pour des mesures de securite.

    Pour ce qui est de la poussiere il y en a autant au sol que sur la derniere etagere d'un meuble ! En revanche on evitera de circuler dans la chambre du bebe avec des chaussures a ses pieds, de laisser des animaux y entrer...

    L'hygiene d'une chambre montessorienne doit etre respectee. Un tout petit est constamment au niveau du sol. Il en est de meme pour les pieces a vivre egalement. L'enfant va ensuite ramper a meme le sol tous les jours. Cela ne fait pas une grosse difference avec le fait qu'il y dorme.

    Merci Capucine pour cette question interessante !

    RépondreSupprimer
  9. "Je manquais simplement de confiance en moi, de courage, de volonte, non pas a me "depasser", mais a exister tout simplement."

    Une fois que les parents ont compris et surtout expérimenté cela pour eux-mêmes, ils changent nécessairement dans leur rapport aux enfants.

    C'est très puissant ce que tu écris. Cet espace m'apporte tellement ! Merci à tous, ceux qui écrivent des billets et ceux qui les comentent.

    Pour moi qui n'ai pas d'enfants, et qui suis souvent tellement choquée par la place des enfants dans la société dans laquelle j'évolue, c'est très bon de lire qu'il existe d'autres voies, vraiment explorées.

    RépondreSupprimer
  10. Un énorme merci.
    Moi qui me bats avec mon fils pour qu'il se couche certains soirs, je vais revoir ma copie. Je suis pourtant très portée sur l'autonomie (je suis enseignante en maternelle) et fais le maximum pour qu'il fasse les choses par lui même. Mon mari est souvent étonné de voir ce que notre fils sait faire. Ce matin, au petit déjeuner, mon mari a commencé à dire "non" puis je lui ai fait signe de laisser notre fils ranger son assiette, son verre et ses couverts dans le lave vaisselle...et il a été bluffé de le voir si bien faire avec beaucoup d'attention et de fierté ! Par contre, sur certains sujets comme le sommeil, j'ai beaucoup de retard à rattraper : oui, je le couche même si je sens qu'il est moins fatigué certains soirs, oui je le gronde s'il se relève, oui, il nous arrive de le punir...allez, je me replonge dans mes lectures et vais repenser ma façon de faire !!
    Merci, merci, merci...

    RépondreSupprimer
  11. article tellement intéressant que je viens de demander à mon mari de le lire. ;-)

    et le coucher pour l'enfant qui ne marche pas encore...comment cela se passe t il dans la pédagogie montessorienne ?

    RépondreSupprimer
  12. Ma_aile avait ecrit un tres bel article la dessus il me semble. Tu le trouveras dans la categorie "Parentage".

    Ah tiens le voila :

    http://the-world-of-the-children.blogspot.com/2010/02/et-des-bebes-aussi.html

    RépondreSupprimer
  13. De 0 a 3 mois un bebe dort dans un petit panier-couffin selon Montessori. On appelle cela un moses. Je me demande si on ne dit pas egalement un moise en francais. A verifier...

    Chez nous ce fut du co-sleeping le premier mois, et du "skin to skin".

    RépondreSupprimer
  14. Pour les bb, il y a aussi des berceaux ouverts qui s'adaptent au lit des parents, comme on le voir sur la 2ème série de photos de l'article d'Evelyne. Un espace réservé au bb, tout en étant avec ses parents.

    http://the-world-of-the-children.blogspot.com/2010/04/ambiance-waldorf.html

    RépondreSupprimer
  15. En effet, article et liens tres interessants, deculpabilisateurs
    ( au contraire de certains livres...qui malheureusement du coup font plus de mal que de bien).

    Ici, pas de lit Montessori, nous ne connaissions pas a sa naissance...nous avons fait dans un couffin a cote de nous puis dans son petit lit a barreau que notre fille a toujours. Par contre, envers et contre tout notre entourage, nous sommes alles a notre rythme et surtout nous avons toujours cherche a respecter ses rythmes de sommeil...au moindre signe de fatigue (frotte les yeux, regards vagues, ronchon) c'est l'heure hop nous la montons et au dodo, pas de routine, (contrairement a ce que j'ai pu lire de Montessori), pas de doudou prefere mais la tetine (ouach..)Nous passons du temps en fin de journee a lire des livres (mais ca peut etre une autre activite calme) et bien, nous avons rarement eu de crise pour le coucher ni pour la sieste et a 22 mois (comme Jules donc) elle commence a aller se coucher d'elle meme. Les cauchemars et terreurs sont par contre assez presents chez nous...

    Notre entourage est bluffe par son sommeil. Par contre, ce n'a pas ete dicte par tel ou tel methode ou Montessori que nous ne connaissions pas au debut mais par notre instinct (meme si le livre "le sommeil, le reve et l'enfant" de Marie Thirion) m'a bien aide a comprendre le sommeil de notre bebe.

    Malheureusement, notre logement ne nous permet pas de securiser au maximum sa chambre donc nous garderons son lit a barreau pour quelques mois encore avant de demenager. Nous tiendrons compte de tout cela pour le prochain (enfant et logement ;-)).
    Nous essayons de ne pas culpabiliser pour elle de ne pas tout faire et commencer plus tot mais nous apprecions chaque jour cette philosophie, chacun a son rythme et avec ses possibilites.

    Merci pour les redactrices de ses articles tellement inspirants.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,

    Je vous suit depuis un petit bout de temps déjà. Je suis maman d'un petit garçon de 6 mois qui dort sur un lit Montessorien et qui a déjà un appartement adapté!

    Depuis sa naissance, notre fils ne s'endort qu'au sein (de moins en moins cependant) ou en écharpe...

    J'aurais aimé savoir comment vos enfants s'endormaient avant l'acquisition de la marche.. J'aimerais bien, pour lui comme pour nous, essayer qu'il s'endorme autrement, peut-être est-ce un peu tôt? Surtout que nous n'avons nullement envie de le voir pleurer pour s'endormir..

    RépondreSupprimer
  17. Une question qui n'a pas vraiment de rapport avec le message, mais auquelle j'espere que les enseignants Montessori pourront me repondre:
    quelle est le diplome/ la formation demandee pour travailler en ecole Montessori? J'eleve seule ma fille et j'aimerais me former... je suis meme prete a m'installer bientot en France a proximitie d'un centre pour moi/ d'une ecole pour ma fille. Merci pour vos conseils!

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Little_loulou, j'ai moi aussi vécu cela avec mes enfants, ce détachement s'est fait progressivement, à force d'être rassurés et encouragés, ils ont accepté progressivement, de s'endormir seuls...
    Il peut être utile de déceler chez lui les moments où l'on voit qu'il commence à avoir sommeil et de l'accompagner sur son lit en nommant le fait que ses pleurs sont liés à de la fatigue, non pas à de la faim... c'est un peu difficile au début, mais cela fonctionne, et peut être avec l'aide du papa... Les pleurs d'un petit enfant n'expriment pas toujours de la tristesse, mais un moyen d'exprimer qq chose, que les parents doivent accompagner...
    Bon courage!

    RépondreSupprimer
  19. J'ai laissé un comm sur le profil FB de l'atelier de charenton, mais je le remets ici :

    Lire cet article m'a procuré une joie intense, tellement cette approche de l'enfant résonne en moi... :-)

    J'ai quand même rencontré des écoles montessoriennes qui "imposaient" en quelques sortes la sieste. La manière dont l'espace était aménagé ne permettait pas aux enfants qui ne voulaient pas dormir de faire autre chose. C'est bien dommage...cumulé à d'autres éléments, cela l'était encore plus...

    Il y a des pédagogies "alternatives" que je connais moins bien, mais Montessori a eu une trace bien particulière dans mon parcours professionnel.

    Aujourd'hui, notre enfant a 4 mois et déjà, son lit est un matelas au sol, pour l'instant sécurisé avec un traversin et un coussin d'allaitement ferme.. C'est un choix qui a doublement été motivé du fait de notre choix d'être accompagné par l'haptonomie-naissance.

    Pour l'instant, notre bébé ne peut se rendre au lit seul, mais nous suivons ses besoins : il sait très clairement demander à aller se coucher, de jour comme de nuit. Et il fait de grans sourires quand on l'y emmène, s'endormant paisiblement dans les minutes qui suivent. C'est tellement plus agréable de faire ainsi...

    J'ai trouvé l'article de ce blog très éclairant pour les personnes qui s'interrogent, et un vécu "de l'intérieur" :-)

    (j'ai laissé mon blog en lien, mais je ne suis pas sûre que ce soit adapté. Si ce n'était pas le cas, dites-le moi, je reviendrai copier mon comm pour le redéposer sans l'url)

    RépondreSupprimer
  20. Comme beaucoup de personnes l'ont déjà dit ici, merci Sand pour ces textes et ces réflexions qui, en ce qui me concernent, m'apportent beaucoup.

    Quand ma fille est née, j'avais des idées préconçues comme tout le monde, mais après la grossesse que j'avais passée, j'ai vite compris que mes pires ennemis seraient ceux qui avaient un avis sur tout, et qui voulaient me l'imposer comme une vérité.

    Quand Luna est née, nous vivions à son rythme, lui donnant son bain parfois à 2h du matin parce qu'il semblait qu'elle pourrait l'apprécier, ou pas du tout ou si ça ne semblait pas le moment pour elle, (d'ailleurs, elle a aimé le bain, dès que j'ai "oublié" le thermomètre, et les fameux 37° préconisés par la puéricultrices de la maternité, c'était bcp trop froid !!), voyageant avec elle, nous préoccupant peu de savoir si on prenait la route à l'heure de sa sieste, ou avant, ou après, on pouvait s'arrêter si besoin. Lorsque mes amis ou famille la voyait encore debout à 21h ou plus tard (toute petite, avant de partir à Tahiti) ou lorsque nous sortions avec elle et la réveillions pour la ramener ensuite, et qu'on m'en faisait la réflexion, je disais "bah, demain elle sera chez sa nourrice, elle dormira tant qu'elle veut". Et c'était le cas. D'ailleurs, elle se rendormait toujours très facilement.

    Luna demande souvent elle-même à aller se coucher, lorsque nous ne faisons pas attention aux horaires, elle n'a jamais aucune difficulté pour se coucher, ne pleure jamais, se relève rarement, sait attendre le sommeil, elle a ses rituels, nous lisons des histoires, elle aime écouter ses disques en se couchant, a besoin d'une veilleuse, mais même chez nos amis, ds une chambre inconnue, sans veilleuse et sans disque, elle se couche de la même façon. Nos amis n'en reviennent pas. Nous disons souvent "nous avons de la chance", mais c'est peut-être plus que ça, qui sait ?

    Luna a dormi ds un berceau, puis ds un lit à barreau, puis dans un lit avec de hauts bords qu'elle a tjs, et dont elle ne savait pas sortir seule au début. Dès son réveil, depuis toujours, nous allions la chercher pour la prendre avec nous dans le lit, et continuer ensemble à dormir. Ensuite elle a gardé cette habitude et continue à le faire. J'aime l'idée du lit montessorien, mais je crois que j'aurais du mal à passer outre les anxiétés du papa sur tous les "risques" potentiels. Quoi qu'il en soit, le sommeil chez nous n'est pas tabou, ni forcé, il est apprécié, et je me rends compte que Luna suit son propre rythme. Elle a d'ailleurs vraiment peu apprécié la "suppression sauvage" du jour au lendemain de la sieste en 2ème section, s'endormait dès le retour de l'école, a mis des semaines et des semaines pour s'habituer, forcée... Le sommeil est important pour elle, elle s'en sert aussi parfois pour faire filer la journée plus vite lorsqu'elle a envie. Nous n'imposons plus la sieste, mais il lui arrive régulièrement de vouloir quand même en faire une. J'ai l'impression qu'elle gère son sommeil.

    Je suis loin de tout le travail que tu as fait sur toi, loin loin loin, mais chacun de tes articles est un bout de ce travail qui me fait avancer. Merci. Et pardon si c'est un peu décousu... ;-)

    RépondreSupprimer
  21. > Anonyme, je pense qu'Aline va te repondre ;-)

    RépondreSupprimer
  22. > Severine, oh oui comme je te rejoins !

    Malheureusement la pedagogie Montessori est parfois enseignee par des "integristes" et en revanche toujours par des etres humains... avec leurs defauts. Certains etres humains peuvent etre dogmatiques en effet. Je me souviens avoir rencontre une enseignante en PTP montessori assez radicale : je n'avais absolument pas le droit de prendre mon enfant dans les bras devant elle, peu importe la raison et les pleurs et meme la demande d'un calin 0_0 ! Elle trouvait cela inadmissible qu'un enfant soit leve du sol, ce que je peux comprendre dans une "certaine mesure", M. Montessori pensait qu'un enfant ne devait pas etre constamment dans les bras de sa mere et apprendre a evoluer seul dans le monde qui l'entoure, que l'enfant ne devait jamais etre force a un contact physique (j'ai parfois vu des parents "forcer" un baiser a l'enfant qui le refusait par exemple). Mais il y a des limites a toute chose a mon sens. Une demande d'affection est humaine et doit etre comblee.

    Et puis un jour je l'ai regarde et lui ai demande sur quelle planete elle avait ete formee (pour rester polie), car j'etais estomaquee par sa reponse a l'une de mes demandes. Mon enfant faisait la sieste en debut d'apres midi, je souhaitais venir au PTP le matin. Il n'y avait plus de place le matin. Elle m'a repondu, ce n'est pas grave, reveillez-le, ils dorment tous l'apres midi, il faut bien que je fasse des cours la journee, je ne vais pas revenir le soir. WOW.

    Normalement, la routine dont parle Maria Montessori est propre a l'enfant, a chaque enfant, elle est differente d'un etre a un autre. Lorsqu'elle parle de routine, ce n'est pas pour en imposer une particuliere a l'enfant mais pour expliquer que l'enfant se rassure dans une routine, dans la repetition quotidienne. Elle ne donne pas un emploi du temps, loin de la !

    L'interpretation de toute oeuvre et travaux, joue dans la dimension/direction que cette oeuvre peut prendre malheureusement (il y a quelques exemples notoires n'est-ce pas, dans l'humanite). Il est important je crois de lire les ecrits de M. Montessori avant de lire les livres ecrits autour d'elle, par d'autres auteurs. Evidement, il y en a de tres bons egalement parmis ces auteurs. Mais je crois que l'unicite de l'interpretaion doit toujours primer. Personne ne doit s'imposer comme guru a une autre personne. Le partage collectif a mon sens ne doit jamais depasser l'idee de la piste. La reflexion est et doit etre individuelle.

    Merci pour ce commentaire !

    RépondreSupprimer
  23. > Dorothee.

    Merci pour ta presence ici ;-)

    Tu sais, pour moi il vaut mieux un enfant heureux d'aller se coucher dans un lit a barreaux qu'un enfant force a aller se coucher sur un matelas au sol.

    Bises a toi.

    RépondreSupprimer
  24. > Little Loulou,
    Ma fille n'a jamais eu le moindre souci pour s'endormir. Etant tout petit bebe, elle a fait ses nuits a 3 semaines, au retour de sa premiere et unique seance chez un osteopathe (j'avoue avoir ete bluffee !). Elle s'endormait dans les bras de son papa apres la derniere tete. L'allaitement n'a jamais influence son sommeil. La suite a ete identique.

    Mon fils a ete trimballe partout en echarpe. Il s'y endormait le soir apres la derniere tete. Souvent c'etait mon mari Marm qui le portait. Jules a partage notre lit (il est ne en hiver en NZ, un pays epouvantablement froid et humide) le premier mois. Nous avons fait beaucoup de "skin to skin", avec mon mari egalement. Ensuite, un peu plus vieux, il s'endormait dans l'echarpe puis nous le mettions au lit. Il a fait de belles nuits des 4 semaines. La aussi, c'etait tres detache de l'allaitement il m'a semble (il avait tout le temps faim).

    Nous ne les avons jamais laisse pleure et toujours pris avec nous, je n'ai absolument pas l'impression que cela aie conditionne leur sommeil. Ils sont tres independants de ce cote la.

    Je crois que chaque enfant est different. Ils ont besoin d'etre rassures, aimes, respectes et de vivre dans un milieu calme et sain. Apres, je crois que c'est l'essentiel. Il n'y a pas de recette magique. Malheureusment ;-D.

    RépondreSupprimer
  25. Oh et Severine, merci a vous pour le lien vers votre site ! Non non vous avez bien fait !

    RépondreSupprimer
  26. @ Anonyme
    J'ai fait ma formation d'éducatrice Montessori 3-6 ans à l'ISMM, de Paris, formation AMI (celle des "puristes"...hehehe, petite blague ;-), j'y ai passé une année formidable, un bol d'air très riche en découvertes à tous points de vue... avant mon retour à l'éduc nat...
    Voici les liens vers l'ISMM, centre de formation de Paris
    http://www.montessori-france.asso.fr/
    et vers l'AMI, pour les centres de formation à l'étranger
    http://www.montessori-ami.org/
    A bientôt!

    RépondreSupprimer
  27. @ little loulou
    Pour le sommeil au sein, nous au debut, c'est le papa uniquement (enfin quand il etait la) qui allait la deposer dans son lit apres un moment dans ses bras. Je pense que ca a aide la transition.

    et s'il dort bien toute la nuit alors qu'il s'est endormi au sein..c'est qu'il se sent bien... (c'est juste toi qui en a peut etre un peu marre ;-)).

    RépondreSupprimer
  28. Ils sont chouettes ces papas...

    RépondreSupprimer
  29. Le sommeil des enfants tout un programme.
    Je me suis retrouvée seule avec un bébé au bout du monde et un papa très occupé la journée,..un bébé qui avait tout le temps faim, des coliques et qui pleurait donc beaucoup sauf quand nous le berçions...
    et le jour ou une dame très bien, m'as dit de me faire confiance, que le fait de le nourrir ne lui ferais pas de mal, et que je fasse comme je le sentais et bien tout c'est simplifié...
    oh ce n'est pas pour ça qu'il a fait ses nuits, il a attendu d'avoir un peu plus de 13 mois (un réveil par nuit car il avait faim, et donc nous lui redonnions un biberon et il se rendormais sans problème).
    Aujourd'hui,nous le couchons avec son biberon quand il se frotte les yeux et il le boit et si il n'a pas envie de dormir tout de suite, il gazouille, raconte sa vie dans son lit...et moi j'adore l'écouter...il dors ainsi jusqu'à 6h, la plupart du temps.
    Et pour le prochain, nous essayerons l'écharpe...car moi et le porte bébé on est pas amis et mes bras s'en souviennent.

    RépondreSupprimer
  30. C'est vraiment passionnant de passer par ici !

    RépondreSupprimer
  31. Merci beaucoup Aline, je vais voir les couts et dates de leurs formations. Si tu es retournee dans l'education nationale, j'en deduis que tu n'enseigne pas en ecole Montessori?

    RépondreSupprimer
  32. Et non... après des périodes de doutes et d'envie d'abandon, j'y crois encore un peu, j'espère pouvoir m'essayer à nouveau en maternelle avant de faire le saut vers la création d'une école...
    N'hésite pas à me contacter par email via mon blog si tu as besoin!

    RépondreSupprimer
  33. Coucou,
    Je voulais te demander Aline comment tu avais fait pour ta formation. Je suis enseignante en maternelle dans des écoles privées sous contrat et très intéressée pour me former à la méthode Montessori. Aurais tu le temps de me dire le statut que tu avais pendant ton année de formation ? Est ce toi qui a dû prendre en charge le cout de la formation ?
    Merci infiniment pour les infos que tu pourras me donner ! :-)

    RépondreSupprimer
  34. @Laet102
    En fait, j'ai eu la chance de bénéficier d'un congé formation, j'ai payé ma formation, mais je continuais à recevoir 80% de mon salaire durant cette année.
    Si je peux t'être utile pour d'autres infos, c'est avec plaisir!

    RépondreSupprimer
  35. Merci beaucoup. Je vais voir si dans le privé, on peut avoir le droit à ce congé. Dans ces cas là, je verrais pour l'année 2011/2012 car j'imagine que les demandes sont déjà finies et les formations complètes... Je me renseigne et reviendrais peut être vers toi si besoin. Merci.

    RépondreSupprimer
  36. Je m'interrogeais cet après-midi sur la nuance entre pédagogie et éducation. Par exemple, à la maison, j'éduque mes enfants, mais lorsque je reçois d'autres enfants (et même les miens) dans mon atelier, je deviens pédagogue, du moins c'est ainsi que je le ressens.

    Je lis ici beaucoup de témoignages de personnes qui souhaitent appliquer une pédagogie à la maison, et formulé ainsi, cela me semble complexe ; car si le parent est par définition pédagogue, il reste avant tout parent aux yeux de son enfant ; avec toute la singularité et la complexité du lien avec l'enfant, dans le contexte du foyer, dans l'histoire familiale et culturelle. Aussi il me paraît nécessaire non pas d'appliquer une pédagogie à la maison, mais bien de l'ajuster à sa maison.
    Contrairement à un lieu bien précis (une école…) où une pédagogie est réellement appliquée.

    Toujours d'après ma propre expérience, j'ai noté que l'éloignement géographique avec nos familles élargies (grands-parents, fratries, et même certains amis proches…) nous avait permis de nous sentir vraiment à l'aise avec notre façon d'élever nos enfants. Aujourd'hui, lorsque nos enfants partent en vacances avec leurs grands-parents, cousins, etc… je sais qu'ils savent s'adapter, que leur sens critique et leur confiance en eux font qu'ils refusent certaines propositions ou contraintes, ou au contraire se plaisent à appliquer d'autres règles que celles de la maison…

    RépondreSupprimer
  37. @ Aline, est ce que c'est cher en France cette formation ? Car ici en Oz ce n'est pas donne. J'avais egalement songe a une formation lorsque j'etais en NZ, c'etait une formation AMI pour les non-enseignants. L'annee coutait plus de 10 000 dollars (comme n'importe quelle annee de fac ici).

    @ Anais, c'est une excellente remarque (pour moi terriblement excellente, je crois que tu met le doigt ici sur un point essentiel des rapports parents-enfants). L'enfant a en effet un regard bien different sur ses parents que celui qu'il a sur les enseignants.

    Mais tout d'abord pourquoi ?

    Je crois qu'il est pour beaucoup different a cause de nos propres emotions que nous leur communiquons constament. Une grosse part de ma reflexion sur moi meme a ete axee autour de ce constat justement. Je me suis demandee (justifie par une "peur" de transmettre mes emotions, qui pour certaines me semblent etre un frein pour moi-meme) si il etait necessaire mais surtout "bon" pour eux de leur transmettre nos emotions, les "negatives" comme les "positives" : la crainte, l'agacement, l'enjouement, ect... Qui au final sont des jugements de valeurs du monde qui nous entoure lies a notre propre experience de la vie mais egalement et surtout lies a notre conditionnement de celle-ci. J'ai realise cela en lisant Michel Foucault qui me semble etre une piste geniale sur le rapport de l'homme qu'il entretient avec lui meme et avec la societe (la famille en etant une!).

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Foucault

    RépondreSupprimer
  38. Et c'est la que la pedagogie de Maria Montessori s'est faite en echo (ce que j'ai egalement retrouve dans la pratique artistique d'Arno Stern que tu m'as faite decouvrir). Montessori me proposait implicitement une mise en pratique de cette pedagogie a la maison puisqu'elle m'expliquait que le parent devait justement etre un pedagogue avant d'etre un "transfert" d'emotions.

    En fait je suis convaincue que c'est cette difference d'echange d'emotions entretenu entre l'enseignant et pedagogue, et le parent et pedagogue qui predispose le regard de l'enfant sur lui-meme et ses rapports egalement en societe (en famille et a l'exterieur). A vrai dire j'ai toujours ete fascinee par la "neutralite" de l'enseignant dans la pedagogie. Je crois que cette neutralite est une grande porte ouverte sur la tolerance et le respect et un atout considerable pour permettre a un individu de s'exprimer, s'epanouir completement. Et je me suis donc demande si un parent pouvait "etre" ainsi.

    Je suis donc passee moi-meme par un detachement de mon statut de parent, comme "etre emotionnel", pour un statut de "pedagogue objectif" lie a ma vue de la pedagogie. Ce que je veux dire par la, c'est que j'ai mis de cote une grosse part de mes emotions, pour me concentrer sur l'objectivite de la situation, des actions. Et ce par l'observation permanente, et de mes enfants et de moi-meme.

    Bien entendu il ne s'agit pas de se "deshumaniser" et de devenir un etre qui ne laisse passer aucune emotion. Au contraire. Je suis une personne bouillonnante et sanguine d'emotions et j'ai beaucoup de mal a ne pas les laisser transparaitre. Donc je n'essaye pas (ou plus). En revanche, lorsqu'il est question "d'apprentissage" a la maison, je me passe une autre casquette. J'essaye de n'emettre plus le moindre jugement. Je laisse donc passer mes emotions lorsque je "m'exprime" en revanche je ne les laisse plus passer lorsque "j'eduque".

    Au final j'ai l'impression de m'ajuster a la pedagogie au sens pur (pas a une pedagogie) et non pas de faire le contraire.

    Je vais essayer de prendre un exemple simple.

    A la piscine, je saute dans l'eau, je met la tete sous l'eau et je bois la tasse. Je sors de l'eau, les yeux rouges, je tousse, je vais dire "Oh j'ai bu la tasse, c'est desagreable". Je vais le faire devant mes enfants. Je vais exprimer des emotions liees a une situation, experience que je vis moi-meme.

    En revanche, si mon fils saute dans l'eau (la ou il n'a pas pieds) alors qu'il ne sait pas nager, je vais le laisser faire (car je suis capable de gerer la situation bien entendu), je vais le laisser boire la tasse, puis je vais le sortir de l'eau en l'attrapant, sans rien lui dire, sans montrer mes emotions.

    RépondreSupprimer
  39. Il va vivre l'experience par lui-meme. Je ne vais surtout pas paniquer ou courir et montrer ma peur qu'il se noie. Si j'agissais ainsi je le predisposerai a avoir peur de l'eau. En revanche il est a meme de se faire lui-meme et surtout de se fixer des limites lui-meme.

    Evidement il y a des situations plus graves, l'enfant qui veut toucher le feu, ect... Mais la encore, j'essaye de ne vehiculer que des messages "instructifs" et non pas la peur. Le feu brule. En soi c'est une raison suffisante pour ne pas le toucher. As-t-on besoin d'en avoir peur pour ne pas le toucher ?

    Et j'essaye d'etre constante pour tout. Evidement, je travaille toujours sur moi meme. J'essaye de prendre du recul en permanence et surtout j'essaye de les laisser vivre la moindre experience par eux-meme.

    Pour ma part c'est le chemin que je me suis donne de prendre. Je ne cherche donc pas a ajuster une pedagogie a la maison, mais j'essaye moi, de m'ameliorer, de me rendre pedagogue. Montessori a ete une piste remarquable en ce sens. Et meme si j'en parle beaucoup, ce n'est definitevement pas la seule piste.

    Puree je me met a poil ici ;-D

    Pour l'eloignement geographique je te rejoins completement. Cela a ete un mal pour bien je devrais dire. Je me suis sentie paumee au depart, mais ensuite ce fut un avantage considerable pour etre "neutre" dans ma reflexion et mon chemin perso.

    RépondreSupprimer
  40. merci pour ce beau témoignage qui fait que nous parents "différents" ont se sent moins seul....
    là où nous voyons le respect de l'enfant et la découverte de l'autonomie, beaucoup y voit du laxisme.....
    J'essaye de faire au mieux avec mes enfants et à chaque naissance je m'améliore, je me remet en question, je m'adapte...avec mon vécu, mes défauts, ma personnalité.Mais avec toujours cette envie d'accompagner mes enfants (en tant que personne) sur le chemin de la vie....
    Pour la question du sommeil, je pourrais écrire un livre tellement j'ai dû composer, m'adapter...par chance (oui aujourdhui je trouve que c'est une chance)mon 1er né fût un babie (bb aux besoins intenses), dés le retour de la maternité, il ne voulait que les bras, hurlait dés qu'on le posait, faisait des micro siestes...cela fût dur, très dur mais j'ai appris à faire autrement, à laisser tomber les préjugés. Nous avons beaucoup cododoté et pourtant mon fils dort dans son lit aujoudhui (même si il a parfois besoin de notre présence la nuit ou si il revient dans notre lit pendant de courte période (à des moment clef de son évolution comme l'entrée à l'école).
    Pour mon 2ème on s'est bcp moins posé de question, ila dormit dans notre chambre ses 6 premiers mois et il a un sommeil top.
    Il a eut un couffin, puis lit à barreaux mais qui s'abaissent afin d'entrer et sortir comme on veut puis un lit "de grand" pour ses 2ans.
    Il dort super bien et va se coucher tout seul quand il est fatigué.
    Quand à la petite dernière qui a 3 mois, elle dort ds notre lit ou dans son berceau collé à notre lit...Elle rejoindra sa chambre en tant voulu...on n'y pense même pas...
    D'ailleurs pendant longtps, qd on partait chez des gens on emportait jamais de lit pliant car l'enfant dormait avec nous (je vous raconte pas la tête de nos amis ou de la famille)...
    Et en ce qui concerne les repas, c'est vrai que chez nous il ya des horaires repas où l'on mange en famille mais je ne refuse pas quelque chose à manger à mes enfants entre les repas (sauf sucrerie qui sont données au compte goutte).
    Bref merci pour ce blog, pour ces expériences, ces tranches de vie..on se sent moins seule, moins "extrémiste" en comparaison à notre entourage.

    RépondreSupprimer
  41. Pour ce qui est du coût de formation, environ 6000 €, c'est en effet très cher, mais il y a une possibilité de prise en charge Fongécif, and co...
    voir le lien
    http://www.montessori-france.asso.fr/page_modele_01/list/sous_menu_id/25
    Pour moi, j'avais réussi à mettre de l'argent de côté, et j'ai eu la chance d'avoir en plus un salaire pendant un an...

    RépondreSupprimer
  42. alors tout d'abord, ton texte est magnifique Sand. et ta citation finale orne mon blog it express depuis la naissance de Merlin et m'inspire toujours un peu plus chaque jour.
    Ensuite, j'ai lu tous ces magnifiques témoignages tous plus enrichissants les uns des autres ; et je vous rejoins toute sur l'expérience. Celui qui m'a enseigné le yoga répétait toujours "il vous mieux une once de pratique qu'une tonne de théorie". Je pense qu'on arrive à faire du "montessori" à la maison sans pour autant en connaître tous les détails car c'est tout simplement naturel ; il suffit d'écouter son instinct ; c'est comme sa toute première impression suite à une émotion, un sentiment, c'est la bonne, après c'est le mental, le raisonnement qui entre en jeu ; l'instinct nous guide vers ce qu'il y a de meilleurs pour nous et nos enfants.
    Hier encore, j'étais chez une amie qui a des problèmes avec son bébé de 10 mois qui se réveille chaque nuit depuis 1 mois avec de grosses frayeurs nocturnes. Puis vint le moment du goûter où elle a regardé sa montre et dit, allez c'est l'heure du yaourt alors que l'enfant jouait et ne demandait rien. Et là, assis, avec son bavoir, elle lui donnait à manger, et il mangeait ; et moi, bien entendu, toujours à la recherche de plus d'autonomie et d'indépendance possible pour mon prochain je lui demande s'il ne veut pas manger tout seul, essayer, expérimenter ? et là, un refus catégorique " ah non, sinon c'est le carnage !".
    je me souviens l'époque t'avoir demandé Sand, faut il commencer et tu m'avais poussé dans cette voix, yes, oui vas-y. J'ai donc tenté d'insuffler hier cette idée à mon amie en lui disant que cette autonomie lui serait profitable, tout comme placer ses jouets à sa portée sur une étagère plutôt que ses précieux objets etc...
    Et c'est donc en regardant autour de nous, que je me rends compte de ce fossé qui existe, de ces mécanismes hallucinants que les gens s'imposent alors qu'il est si simple de lâcher prise et de laisser faire.
    continue Sand, j'adore.

    RépondreSupprimer
  43. voilà un sujet très intéressant en effet.
    je n'ai jamais eu le moindre soucis avec mon grand de 6 ans, il va se coucher souvent par lui même plus de reveils nocture...tout va bien.
    par contre pour ma fille de 3 ans c'est déjà un peu plus difficile, elle a toujours eu un petit sommeil, dormait très peu bébé.Elle a beaucoup dormit avec nous jusque ses 1 an (allaitement jour/nuit), je ne travaillais pas donc ça allait, progressivement elle a reintégré sa chambre et son lit au début à barreau puis vers 18 mois matelas au sol, elle a etait allaitée jusque ses 2 ans, je ne pense pas que cela soit le soucis...mais seulement voilà ce n'est pas qu'elle ne veut pas aller se coucher mais disons qu'elle voudrait que je dorme avec elle dans son lit...je ou mon mari lui explique que ce n'est pas possible pourquoi etc, on lui fait de nombreux calins, elle nous dit avoir bien compris mais des que l'on ferme sa porte alors là c'est parti pour des pleurs, un enième je veux faire pipi, j'ai soif, j'ai perdu chachoune, j'avoue que parfois qu'il est très difficile de ne pas craquer...de plus elle nous rejoint régulièrement dans notre lit en pleine nuit, parfois je la reconduit dans son lit elle ne dit rien mais parfois je n'ai pas le courange et je la garde pres de nous...quelqu'un aurait il une solution ?? faut il la laisser aller dormir seule alors qu'elle se frotte les yeux d'epuisement ??...
    Merci à Sand, Aline et toutes les autre personnes pour leur temoignages et ce blog que je lis très souvent

    RépondreSupprimer
  44. Mymy, mon fils Célestin qui a 4 ans, s'est beaucoup réveillé, chaque nuit, jusqu'à il y a environ 6 mois. Lui aussi, avait besoin d'un moment plus long d'accompagnement le soir, se réveillait chaque nuit, venait nous voir dans notre chambre. Et à chaque fois, on le raccompagnait, on le rassurait, on s'allongeait un peu à côté de lui.
    Et puis quasiment du jour au lendemain, il ne s'est plus réveillé.
    Maintenant, le soir, après l'histoire lue, il réclame à l'un de nous une courte séance de "guilis dans le dos" (c'est son truc :-)) puis nous demande de partir.
    On ne sait pas ce qui a modifié ce changement, en tout cas, on n'a jamais cessé de l'accompagner... cela l'a aidé à franchir une étape.
    As-tu essayé de laisser sa porte entrouverte, de lui mettre une petite lumière, de lui permettre de prendre un peu plus de temps seule dans sa chambre avec des livres, avant de s'endormir?
    Malheureusement, pas de clé à te donner, juste te dire que de continuer à nommer les choses, c'est important, de rassurer, de dire que nous aussi parfois le soir, on est fatigué.
    Bon courage mymy, c'est sûr, que quand elle sera prête, les choses changeront, cela se fera naturellement.
    Et merci à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  45. Merci Aline pour ton temoignage plutôt rassurant ;-), justement c'est elle qui veut que l'on lui ferme la porte...mais je vais essayer de lui demander si elle veut qu'on l'entrouve, lui proposer oui peut etre de lire un livre directement dans son lit ;-)...de tte façon le rituel actuel n'a pas l'air de lui convenir alors autant essayer d'autres choses...

    RépondreSupprimer
  46. c'est passionnant cet échange, j'enregistre, j'enregistre...

    RépondreSupprimer
  47. Merci bc Aline pour les explications.
    Effectivement 6000 euros est un somme trop importante pour moi, d'autant que ca inclurait m'installer à Paris et élevant seule ma fille, c'est impossible à réaliser.
    La formation d'assistant est-elle une bonne alternative, à ton avis? (une semaine me parait un peu court mais le tarif et les implications sont moindres :-)
    (je te contacterai via ton blog à l'avenir)

    RépondreSupprimer
  48. Depuis sa naissance ma fille a dormi dans un hamac pour bebe (www.babyhammocks.com). Elle faisait des nuits de 10 a 12 heures sans interruption. Elle semblait vraiment bien dedans. Depuis environ 1 mois, le hamac etant devenu un peu trop petit pour elle (elle a 8 mois), elle dort dans un petit lit (pas Montessorien) et elle se reveille plusieurs fois dans la nuit. On ne sait pas si le lit est la vraie raison mais ca peut jouer...
    Sinon, je ne connais Montessori qu'a travers ce blog et le blog perso de Sand. Je n'ai pas trop le temps de me pencher sur le sujet mais j'espere un jour pouvoir le faire, quels ouvrages me conseillez-vous de lire ?
    Capucine

    RépondreSupprimer
  49. ::Capucine, tu peux aller voir sur mon blog, tous ses ouvrages sont référencés, pour commencer, un ouvrage sur cette péda très bien fait
    http://petitpetitmontessori.blogspot.com/2010/02/un-autre-regard-sur-lenfant.html
    ::Anonyme, tu peux effectivement commencer par la formation d'assistante, cette personne a un rôle très important dans l'ambiance Montessori. Tu peux continuer à me contacter ici si tu veux ;-)
    Bon courage pour la suite de tes projets!

    RépondreSupprimer
  50. Merci de votre reponse Aline, je vais me procurer cet ouvrage.

    RépondreSupprimer
  51. Je reviens lire les commentaires... On se sent tellement bien apres leur lecture, motivee pour continuer notre approche, en parler... (embrigader dirait certains ;-))..)

    Par contre pour le sommeil, il suffisait que j'en parle pour que notre louloute nous fasse des grosses crises pour aller se coucher... (elle dit dodo, et une fois qu'on ferme la porte, c'est parti...)
    Je mets ca sur l'apprentissage du langage en ce moment et les nouveaux mots tous les jours, le fait qu'elle sente que quelque chose se trame (le demenagement etc etc...).

    RépondreSupprimer
  52. Sand, il est top ton temoingnage et enrichi par toutes ses experience paratgees. merci.

    Apolline dort encore dans son lit a barreaux sans barreaux qu'elle prefere a tous les lits croises jusqu'a maintenant. Elle l'appelle son "nid" et adore le retrouver. Je la laisse faire...

    Quant a Theodore apres avoir dormi completement en cosleeping, il dort dans un berceau mais fini sa nuit dans notre lit... again. Des que son berceau sera trop petit je l'installerai sur un matelas. il me tarde assez en fait, pour l'observer.

    pour la blague, ton histoire incroyable de lili et de l'apprentisage de la liberte a l'ecole me fait penser a cellee mon cousin Nicolas, qui a mon age donc 36 ans et dont le pere psychaitre a ete un des tous premiers a etudier et introduire la methode montessori en France, Bref comme tu peux t'en douter, il a ete eleve selon les principes montessorien et a son college, il avait le choix entre cours de maths je crois et patin a roulettes (!!).je revois mon grand oncle nous expliquer que c'etait tres bien, que l'enfant par lui meme comprendrait l'interet des maths au bout de quelques cours de patins a roulettes... t'imagines la suite, Nicolas n'a jamais atteint ce niveau de maturite et n'a jamais suivi un cours de maths de l'annee!!

    kiss et merci encore pour cette plateforme d'echanges incroyables

    RépondreSupprimer
  53. Et alors, avait-il un bon niveau en maths ?
    J'aimerais bien connaitre la suite...
    Capucine

    RépondreSupprimer
  54. > Lilou, l'histoire du cousin Nicolas et tres drole. Tu dois t'en douter, mais pour moi elle illustre surtout et parfaitement une mauvaise conception de "l'ecole Montessori". Je vais essayer d'expliquer pourquoi je ne reponds pas non plus en echo ici au concept de "maturite" que ton oncle sous-entend et qui me semble tres erronee.

    Le Dr Montessori n'a jamais mis en avant l'emploi du jeu dans la pedagogie, bien au contraire, elle ne parle et n'a experimente que le travail. Elle a cultive l'amour du travail dans le coeur des enfants.
    Je ne vois pas ce qu'un cours de patin a roulette vient faire dans une ecole ou de college Montessori et encore moins dans un choix binaire (une offre entre un cour de maths et d'une activite sportive...), ce qui n'est jamais le cas dans une ecole qui suit cette pedagogie. Mais alors pas du tout ;-D.

    "Le Dr. Maria Montessori pensait qu'aucun être humain ne pouvait être éduqué par une autre personne. L'individu doit agir lui-même ou il ne le fera jamais. Un individu vraiment éduqué continue à apprendre longtemps après les heures et les années qu'il a passé dans une classe ,parce qu'il est motivé en lui-même par une curiosité naturelle et l'amour de la connaissance. C'est ainsi que le Dr. Montessori sentit, que le but d'une éducation de la prime enfance n'était pas d'emplir l'enfant de faits tirés d'études préétablies mais plutôt de cultiver son propre désir d'apprendre."

    "Dans une classe Montessori on approche cet objectif de deux façons: Premièrement, en laissant chaque enfant expérimenter l'enthousiasme d'apprendre selon son propre choix plus que par obligation, deuxièmement, en l'aidant à perfectionner ses outils d'apprentissage naturels, sa capacité sera ainsi maximale durant les situations d'apprentissage futures. Le matériel Montessori a ce double objectif à long terme en plus du but immédiat de donner des informations spécifiques à l'enfant."

    RépondreSupprimer
  55. "L'utilisation du matériel est basé sur l'aptitude unique du jeune enfant à apprendre ce que le Dr. Montessori identifie comme "l'esprit absorbant". Dans ses livres elle compare fréquemment le jeune esprit à une éponge. Il absorbe complètement l'information de l'environnement. Le procédé est particulièrement évident dans la façon dont un jeune enfant de deux ans apprend sa langue maternelle, sans instruction formelle et sans l'effort conscient et fastidieux dont fait preuve un adulte pour maîtriser une langue étrangère. Acquérir l'information de cette façon est une activité naturelle pour le jeune enfant qui utilise tous ses sens pour étudier son environnement."

    "Puisque l'enfant détient cette capacité à apprendre en absorbant jusqu'à ce qu'il ait presque sept ans, le Dr. Montessori pensa que l' expérience de l'enfant pouvait être enrichie au sein d' une classe où il pourrait manipuler le matériel qui lui montrerait des informations éducatives de base. Plus de soixante années d'expérience ont consolidé lathéorie selon laquelle un jeune enfant peut apprendre à lire, écrire et calculer de la même façon naturelle qu'il apprend à marcher et parler."

    "Dans son livre "l'esprit absorbant" le
    Dr. Montessori écrit, "La période la plus importante de la vie se situe entre la naissance et six ans et non pas durant les études universitaires. Ainsi, c'est le moment où le plus grand instrument de l'homme, l'intelligence, se forme. Non seulement son intelligence; mais toutes ses capacités psychiques. A aucun autre âge, l'enfant n'a de plus grand besoin d'une aide intelligente, et n'importe quel obstacle qui empêche son travail créatif diminuera la chance qu'il a d'atteindre la perfection."

    RépondreSupprimer
  56. "Les parents devraient comprendre qu'une école Montessori n'est ni une garderie ni une école de jeux qui prépare un enfant à un jardin d'enfant traditionnel. C'est au contraire un cycle d'apprentissage conçu pour tirer parti des années sensibles de l'enfant entre 3 et 6 ans, lorsqu'il peut absorber des informations d'un environnement enrichi."

    "Une autre observation du Dr. Montessori, qui a été renforcée par des recherches actuelles, est l'importance des périodes sensibles pour les premiers apprentissages. Ce sont des périodes de fascination intense pour apprendre un caractère ou un savoir faire particulier, tel que monter et descendre les marches, mettre des choses en ordre, compter et lire. C'est plus facile pour un enfant d'apprendre une chose particulière pendant la période sensible correspondante plutôt qu'à n'importe quel autre moment de sa vie. La classe Montessori profite de ce fait en laissant l'enfant libre de choisir ses propres activités qui correspondent à ses périodes d'intérêt personnelles.
    Un enfant qui acquiert les capacités de lecture et d'arithmétique de base de cette façon naturelle possède l'avantage de commencer son éducation sans corvée, ennui ni découragement. Grâce à la poursuite de ses intérêts individuels dans une classe Montessori, l'enfant gagne très tôt un enthousiasme à apprendre, ce qui est la clé pour devenir une personne vraiment éduquée."

    Maria Montessori n'a jamais mis au point un curriculum ni une recherche autour du patin a roulette. Et je ne pense pas que les enseignants d'aujourd'hui ou d'hier aient ete formes en ce sens.
    En revanche, a travers le monde, on peut tomber sur des ecoles dites "inspirees de la pedagogie Montessori".
    Ce qu'il faut realiser ici, est que si ces ecoles ne sont pas agrees Montessori, c'est qu'il y a une raison...

    Ensuite, je repondrais que d'avoir un bon niveau en maths ce n'est pas l'important. L'important est d'etre interesse par les mathematiques et les concepts qu'ils representent. Certains en prendront ensuite le parti de vivre avec et d'autres non. C'est tout, et c'est l'essentiel de la vie, du choix individuel et de la construction personnelle.

    Bref, encore une fois que chacun se fasse son opinion sur la question me semble etre une source de bonne comprehension et assimilation ;-).

    Source citee : http://tecfa.unige.ch

    RépondreSupprimer
  57. Je suis tout a fait d'accord, ma question etait peut-etre mal formulee car avoir un bon niveau en maths n'est pas l'essentiel. Mais enfin quand il faisait du patin a roulette j'imagine qu'il ne faisait pas de maths. A t-il pu rattraper son retard par rapport aux autres ? A t-il fini par s'intéresser aux maths ? Ah... je suis curieuse de connaitre la suite...
    Capucine

    RépondreSupprimer
  58. Oui je me doutais bien du sens de ta question. Moi aussi j'attend la suite ;-D.

    RépondreSupprimer
  59. Bon on s'eloigne un peu du dodo la, mais en effet c'est intéressant...
    mais concretement sand: comment ca se passe dans une classe montessori? le choix des activités proposées est quand meme bien définies dans un cadre? comment cela se passe si un enfant ne s'interesse jamais aux activites liés à un certain concept?

    RépondreSupprimer
  60. Je permets de répondre à cette question, qui est souvent une des critiques qui est avancée à l'égard des pédagogies différentes, que ce soit Freinet ou Montessori : "des écoles libertaires qui laissent tout faire à l'enfant" (c'est ce que m'a dit une stagiaire IUFM de passage dans mon école)
    Dans les écoles Montessori, celles que je connais le mieux, les enfants ont un libre choix de l'activité, mais dans un cadre matériel et humain très présent et rigoureux : l'enfant n'utilise pas le matériel n'importe comment, il doit le ranger à sa place après utilisation, il ne doit pas utiliser un matériel si l'éducateur ne lui a pas encore fait de présentation. L'éducateur fait des présentations individuelles de chaque matériel aux enfants. Comme les enfants sont dans une ambiance d'âges mélangés, ce qui veut dire qu'un enfant de 3 ans ne pourra pas utiliser un matériel qui ne sera pas adapté à ses intérêts ou à son âge, ou à ceux d'un enfant de 6 ans.
    Pour ce qui est de cette question récurrente sur "il a fréquenté ce type école, il n'a jamais fait de maths, ou il est nul en orthographe", 2 choses importantes pour moi :
    - il y a la personnalité propre de l'enfant, ses intérêts, ses capacités; je travaille avec des enfants de CM1, certains sont brillants en maths, en orthographe, d'autres ont de grosses difficultés.
    Si un enfant fréquente une école différente et a des difficultés, cela ne signifie pas que c'est uniquement la faute de la pédagogie.
    - par ailleurs, c'est aussi le rôle de l'éducateur, dans une école Montessori, de savoir très précisément où en est chaque enfant, c'est aussi son rôle, de comprendre pourquoi un enfant n'utilise jamais un matériel, ce qui se cache derrière ça, de l'aider à cheminer pour que cet enfant puisse ne pas passer à côté de quelque chose d'important. Quand on est enseignant, on est toujours sur un fil, tel un funambule, il faut être très prudent, savoir observer et intervenir de manière bienveillante, pour remettre l'enfant sur les rails de sa propre construction... enfin, c'est mon point de vue...

    RépondreSupprimer
  61. > Je rejoins Aline a 100%, de mon point de vue de maman d'une eleve chez Montessori. Lili a egalement eu ses materiaux "pas envie". Mais elle en est revenue, car elle a observe les autres enfants s'interesser a eux, mais egalement car elle ne devait pas se sentir prete a les aborder.
    Aujourd'hui elle a ses materiaux preferes, je pense qu'ils definissent une part de sa personalite. Mais elle a utilise tous les materiaux.

    D'ailleurs son enseignante vient de nous offrir la nouvelle. Lili sera prete a entrer en stage 2 pour son anniversaire (novembre prochain). L'annee scolaire se terminant ce mois la, elle fera sa rentree en fevrier ! Quelle excitation ! L'aube d'une nouvelle experience et formidable aventure. je n'hesiterais pas a vous raconter tout cela. Promis.

    RépondreSupprimer
  62. @ Aline et Sand: Un grand merci pour ses précisions éclairantes. Tout à fait d'accord pour dire que chacun à ses préférences et que dans un systeme ou un autre, l'enfant aurait de toute façon était plus attiré par telle ou telle matière. (ou telle ou telle facette d'une matière)

    Mais comme tu le dis Aline, tout cela nécessite donc des enseignants/accompagnants de hauts vols, très attentifs!!

    RépondreSupprimer
  63. :: Sand, c'est quoi stage 2? l'ambiance 6-9 ans?

    RépondreSupprimer
  64. ah le coucher... aucun probleme a deplorer ici, avec aucun des 3 ( si je fais exception de la periode ou le second attendait son pere), sauf depuis 2 semaines ou la petite derniere a eu droit a 2 changements en meme temps ( et c'est peut etre la l'erreur je ne sais pas) : on a enleve des barreaux de son lit de sorte qu'elle puisse y entrer et en descendre seule et elle est maintenant dans la chambre de son frere. Donc le soir, elle fait la java, sort de son lit, veut jouer avec son frere qui rale puisqu'il veut dormir... bref coucher pas tres zen. L'autre soir elle voulait lire un livre, je lui ai lu, ensuite ce fut la surenchere et la coucher avec un livre ne l'a pas satisfaite !
    J'ai espere que comme l'ainee de Sand elle experimente cette nouvelle liberte pendant quelques jours puis retourne se coucher comme avant... je ne sais pas ,elle ne semble pas en tout cas ne pas avoir fini son experimentation.
    Bref, meme avec une troisieme on tatonne !
    En tous cas, merci pour tous ces ecrits, pour ce partage, sans envisager d'introduire a la maison une reelle education montessorienne, je me dis qu'il y a quelques idees bonnes a prendre, faciles a mettre en oeuvre qui profiteront toujours a ma poulette, et l'aideront vers davantage d'autonomie.

    RépondreSupprimer
  65. > Aline, c'est cela oui. Elle est tres excitee a cette idee ! Elle a commence ses premieres visites !

    > Gawell, c'est tout a ton honneur. Bonne chance pour la suite !

    RépondreSupprimer
  66. Pour faire suite au commentaire d'Aline, les enfants sont suivis rigoureusement, d'apres ce que je comprends leur niveau est evalue. Mais que se passe-t-il quand l'enfant n'a pas le niveau pour changer de "stage" ? Les redoublements de classe existent-ils chez Montessori ?
    Merci de votre reponse,
    Capucine

    RépondreSupprimer
  67. Les classes sont composees de 3 annees consecutives: 3-6 ans puis 6-9 ans puis 9-12 ans. Les plus petits sont donc tires vers le haut par les plus grands, et les plus grands peuvent apprendre a aider les plus petits. Il y a de forts echanges entre les enfants eux-memes. Ces enfants entretiennent des liens tres forts.
    Il n'y a donc que 2 passages dans le stage (ou ambiance) superieur entre 3 et 12 ans. L'un a 6 ans et l'autre a 9 ans environ. Ces etapes correspondent plus ou moins a quelques mois pres a des changements dans l'apprentissage de l'enfant et sa facon d'aborder les choses. Ce sont des periodes sensibles differentes. Ce passage se fait non seulement a l'age revolu de l'enfant mais egalement selon ses capacites a aller dans le stage suivant.
    Le redoublement n'existe donc pas. Si l'enfant a besoin de 6 mois supplementaires avant d'integrer le stage 2 ou 3, il n'y a aucun probleme a cela. L'evolution de l'enfant est toujours positive. A aucun moment on ne va lui dire, tu es moins bon que les autres, tu ne peux pas y aller. Surtout pas.
    Pour passer au stage 2 par exemple, les enfants ont besoin de maitriser la lecture un minimum. L'enfant ne sera jamais note, ni evalue en tant que tel. Les notes n'existent pas, les evaluations non plus. C'est la directrice de la classe qui evaluera si son niveau est suffisament bon pour changer de stage. Il faut noter que cette enseignante a un rapport privilegie avec l'enfant car elle le suit depuis 3 ans !
    Comme il n'y a pas de passage distinct, on ne dit rien a l'enfant avant que l'on ne soit sur qu'il passe dans le stage suivant. Ainsi sa confiance en lui n'est jamais entachee, mais au contraire, toujours entretenue. Et surtout on respecte son developpement et ses capacites individuelles.

    Aussi ce systeme permet a l'enfant d'etre considere comme un individu a part entiere. Les passages au stage suivant sont etales sur toute l'annee scolaire, avec un minimum de 2 a 3 semaines entre chaque passage. Ainsi l'enfant est accueilli et est suivi plus que les autres dans ce stage superieur. Les enseignants (3 par classes de 20 ou 25, 1 directeur et 2 assistants) sont largement plus disponibles pour cet enfant qui vient de vivre un changement majeur apres 3 annees dans la meme classe et le meme environnement.

    Le rendement, les effectifs, sont des choses qui sont laissees loin derriere. Seul le bien etre psychique de l'enfant est considere. Ce qui interesse un enseignant Montessorien, ce n'est pas le niveau de l'enfant a sa sortie de l'ecole mais sa capacite a etre autonome et a s'adapter.

    Je vais un peu plus loin ici, car je reponds a un email que j'ai recu hier sur le niveau des enfants a la sortie des ecoles Montessori, d'une maman qui veut tenter l'experience pour ses enfants, mais qui se pose des questions sur la "suite". Cette reponse sera interessante a tous je suppose.

    A l'age de 12 ans les enfants reintegrent le cursus classique. Pour donner une idee du systeme en Oz, les admissions dans certaines ecoles (lycees) tres cotees se font sur dossier tres selects (notes et appreciations). Il n'y a qu'une exception a la regle: les ecoles Montessori (en tous cas pour Sydney) qui sont extremement privilegiees, car elles n'ont pas de notes mais elles sont malgre tout tres sollicitees par les ecoles dites "elitistes". Chaque etudiant est donc tout de meme admissible. Non pas pour son niveau, mais pour sa volonte et sa determination a apprendre et reussir. Il existe aussi des stats qui definissent l'ISMS comme l'une des meilleurs ecoles primaires de la region. Paradoxalement ce n'est pas la plus prisee. Les eleves de l'ecole Montessori reussissent non seulement tres bien ensuite leur parcour au lycee et universitaire mais egalement professionnel. Ce qui peut etre rassurant pour les parents ;-)

    RépondreSupprimer
  68. De notre cote nous avons inscrit Lili a l'IGS : l'international grammar school. C'est une ecole non pas elitiste (quel drole de but dans la vie n'est-ce pas?) mais qui reste dans la lignee de l'ecole Montessori par son respect de l'individu. Elle est destinee aux enfants multilingues (+3 langues parlees) et axee sur les arts et la musique, avec un tres bonne cotation en mathematiques. Nous decidons ici de suivre la personnalite actuelle de notre fille. Les enseignants de l'ISMS connaissent tres bien les ecoles qui suivent et sont a meme de donner des pistes aux parents (et visiblement ils se trompent rarement !). Les ecoles sont classees, un peu comme les ecoles d'ingenieurs en France. En Oz, l'inscription au lycee, se fait aux 6 ans de l'enfant, histoire de listes d'attente longues sur des annees... C'est fou ! En meme temps, nous ne savons pas ou nous serons a ce moment la. De notre cote, nous prenons les choses a la legere. On verra le moment venu.

    RépondreSupprimer
  69. Non, pas de redoublement, car les enfants sont en classes d'âges mélangées. Un des très gros avantage, c'est qu'on ne "fractionne" pas les apprentissages en 1 année, je m'explique :
    - l'éducation nationale, qui a pourtant eu la très bonne idée (malheureusement jamais vraiment appliquée) de créer des cycles (cycle 1 PS, MS, GS, cycle 2 GS, CP, CE1, cycle 3 CE2, CM1, CM2) durant lesquelles les enfants doivent réaliser leur apprentissages eux aussi en 3 ans, propose en réalité de séparer ces cycles en classes d'enfants du même âge, et donc de séparer les savoirs, à chaque année on apprend des choses différentes, ce qui fait que si l'enfant n'a pas acquis certaines compétences importantes, il peut redoubler. Alors qu'au départ, ces cycles, très proches de l'idée de Montessori, devaient permettre aux enfants d'être maintenus dans leur cycle pour parfaire certaines compétences. Ce que je trouve absurde, c'est que sans être dans une classe d'âge mélangée, on a peu de chance être maintenu dans le cycle et donc rester une année de plus au sein d'un cycle signifie en fait "redoubler", c'est à dire revoir de manière imposée tout un programme, alors que l'enfant avait juste besoin dans l'idée de passer un peu plus de temps sur une partie...
    C'est pour cela qu'à mon sens la plupart des redoublements sont inefficaces et ne font qu'aggraver la situation d'échec dans laquelle peut se trouver un enfant.
    - dans une classe d'âges mélangés Montessori ( un peu comme dans les classes uniques de campagne) les enfants ne sont pas tenus à un programme imposé sur une année, ils ont face à eux, non un matériel didactique permettant d'être évalué par l'enseignant, mais un matériel de développement, adapté à leur classe d'âge et à leurs besoins tels qu'ils sont définis pas les périodes sensibles. Ce qui fait que c'est l'enfant qui s'impose un rythme d'apprentissage, en rapport avec ses capacités, durant 3 ans. Comme il va à son rythme, il n'a pas besoin d'attendre, par exemple son petit copain pour découvrir la division, si ce dernier n'en n'est qu'à l'addition. C'est difficile à envisager pour les adultes qui n'ont jamais observé cela, car les temps d'apprentissages dans ce genre de structures ne sont pas du tout les mêmes que ceux imposés par un adulte avec SON programme. En général, sur 3 ans, tout s'équilibre, un enfant pourra aller très vite sur certains apprentissages, comme prendre beaucoup plus de temps sur d'autres.

    RépondreSupprimer
  70. Oups, Sand, on écrivait nos messages à Capucine en même temps, je m'en vais lire les tiens ;-)

    RépondreSupprimer
  71. Du coup nos points de vue se melangent bien ! Le tien est plus pro ! ;-)

    Je tiens a me corriger. Dans ma reponse a Capucine je me suis melange les pedales dans la nomenclature.
    J'ai parle de lycee a la place de college (ici la denomination n'est pas la meme). Le college c'est encore le stade au dessus pour ceux qui connaissent le systeme anglo-saxon...

    http://en.wikipedia.org/wiki/Secondary_school#Australia

    Desolee.

    RépondreSupprimer
  72. Et pour ma part j'apprend cette histoire de cycle a la francaise! Je ne savais pas du tout qu'elle etait l'origine de cette denomination! Merci Aline!

    RépondreSupprimer
  73. Un grand merci pour vos reponses. Ce systeme est vraiment tres interessant.
    - Sand, par simple curiosite (je suis tres curieuse...) pourrai-je savoir pourquoi vous avez mis votre fille a l'IGS plutot que dans une ecole Montessori ?
    Et que veut dire ISMS ?

    Capucine

    RépondreSupprimer
  74. Ma fille est bien dans une ecole montessori ! ISMS veut dire Inner S*****(le nom de la ville) Montessori School. Elle est entree a l'ecole Montessori a l'age de 3 ans en Nouvelle Zelande, puis elle a ete acceptee en transfert a notre arrivee en Australie et elle poursuivra sa scolarite en ecole Montessori jusqu'a ses 12 ans. Elle a 5 ans aujourd'hui.
    Elle est inscrite a l'IGS pour ses 12 ans (dans 7 ans).
    Il n'existe pas d'ecole Montessori au dela de 12 ans ou nous vivons. De plus il en existe tres peu dans le monde au dela de 12 ans. Quelques "fermes" experimentales existent pour la suite du curriculum. Maria Montessori n'a pas beaucoup approfondi cette periode de l'enfance, passee l'age de 12 ans. De plus beaucoup considerent que ce cursus est interessant pour la petite ecole (maternelle puis primaire). Je n'ai pas d'avis sur la question, je ne connais pas les ecoles Montessori au dela de l'age de 12 ans. Aline en sait surement plus que moi ?
    Mon fils fera egalement sa rentree chez Montessori l'annee prochaine. Je n'envisage pas d'autres eventualites pour le moment, car je suis ultra ravie par leur education dans cette petite ecole.

    RépondreSupprimer
  75. Je connais peu l'univers 12-15 ans, mon conjoint a fait une courte formation Montessori sur les ados à l'ISMM à Paris, cela l'intéresse beaucoup (il bosse en SEGPA).
    Je sais aussi que l'école "La ferme des enfants" va ouvrir un collège auto géré :
    http://www.la-ferme-des-enfants.com/ecole_college_presentation.html
    Sinon, une conférence (association Montessori de France) qui a l'air intéressante à Paris, le 5 juin, "le développement de l'adolescent de 12 à 15 ans", avec Philippe Meirieu & David Kahn, directeur du collège Montessori à l'université de Cleveland, Ohio.
    http://www.montessori-france.asso.fr/agenda/show/stripped_intitule/la-pedagogie-montessori-une-proposition-pour-l-avenir?symfony=ea2068d51691417c9e5fa6968b56dfbe
    Je pense y aller...

    RépondreSupprimer
  76. Merci pour ce très beau message empli de confiance.
    Lorsque j'ai découvert Maria Montessori, je me suis sentie interpellée. Puis une rencontre emplie de dogmatisme m'a fait doutée... J'ai cependant adapté ici et là quelques idées. J'apprécie donc cet autre regard.

    RépondreSupprimer
  77. > Aline, alors cela m'interesse grandement. Tu nous fera un petit compte rendu ? Please !

    > Lysalys, je pense que c'est definitevement la plus intelligente des atitudes a adopter !

    RépondreSupprimer
  78. Je partage completement le sentiment de Coralie qui dit dans son commentaire du 10 mai qu'elle a l'impression de se sentir seule parce qu'elle eduque ses enfants différemment des autres, qu'elle ne suit pas forcement le chemin traditionnel et que par consequent son comportement avec ses enfants peut etre juge "extremiste" ou "laxiste".
    Pas facile d'affirmer ses differences surtout devant des gens plus ages que nous (je pense par exemple aux grand-parents de nos enfants) qui sont persuades qu'ils savent mieux que nous a cause de leur experience... Perso j'ai beaucoup de mal avec mes beaux-parents qui sont tres traditionnels, c'est parfois le "choc des cultures" entre moi et eux. Dernierement ils nous ont encourage a mettre notre fille (8 mois) dans un parc de jeu, soi-disant que ca la stimulerait a faire du 4-pattes, quelle idee ! Mon conjoint l'a fait et moi je n'ai pas voulu le contrarier mais pour moi c'etait comme si je mettais ma fille en cage. On l'a vite enleve. Je pense que ma fille a besoin d'espace et d'un grand champ de vision pour avoir envie de faire du 4 pattes. C'est sur il faut souvent aller la chercher parce qu'elle tombe mais elle progresse. Je trouve que le parc est surtout fait pour les parents afin qu'ils soient tranquilles.

    RépondreSupprimer
  79. Comme je suis d'accord avec toi Capucine !

    RépondreSupprimer
  80. En meme temps je me suis toujours sentie decalee par rapport aux autres de par mon education (mes parents je dirais un peu "babacool" ou "marginaux" m'ont elevee avec avec un grand esprit ouvert, libre et critique en rejetant toutes les traditions (familiales, nationales, etc...).
    Je pense que j'ai un peu souffert d'avoir un manque de reperes. C'est pour ca que je n'ai pas tres envie que ma fille se sente decalee par rapport aux autres. Je m'efforcerai de lui donner un peu plus de reperes. Ceci est une reflexion tout a fait personnelle mais peut-etre interessera-t-elle quelqu'un...

    RépondreSupprimer
  81. La liberte et l'ouverture d'esprit, la critique, ne veulent pas forcement dire rejet des traditions, qu'elles soient familiales ou culturelles. Au contraire !

    Les reperes sont importants. Il ne faut surtout pas passer d'un mode "autoritaire" au "chaos" ou encore a un certain "nihilisme". Il faut en revanche saisir l'importance de la delimitation de ces reperes et surtout leur "mise en lumiere" au sein de l'education. Ce sont deux choses completement differentes !

    RépondreSupprimer
  82. Liberte et ouverture d'esprit ne veulent pas forcement dire rejet des traditions ! Tout a fait d'accord, je m'en suis rendu compte apres l'avoir ecrit... N'empeche que je trouve que mes parents ont trop rejete les traditions, ce que je trouve dommage car les traditions sont toujours tres presentes dans le monde d'aujourd'hui.

    Mes parents que je qualifierais plus de "soixante-huitard" ont rejete toutes les valeurs de l'education qu'ils avaient recue, ce que je trouve dommage. Il y a du bon et du mauvais dans toute chose ! Tout depend de la facon dont on les aborde, c'est a mon avis ca qui permet d'evoluer !

    RépondreSupprimer
  83. Les traditions familiales ou culturelles font partie des souvenirs d'enfance. Je regrette par exemple de ne jamais avoir fete la chandeleur quand j'etais petite. Je m'efforcerai donc de respecter les traditions culturelles pour ma fille, c'est important d'autant plus qu'on est en Australie ;-)

    RépondreSupprimer
  84. Je fais de meme. Je suis pourtant athee et anarchiste. J'aime beaucoup les traditions. Je trouve que ce sont des opportunites formidables pour rassembler les gens. Il y a un cote universel que je trouve extraordinaire. Surtout le jour de Noel.

    On a bien devie la... ;-)

    RépondreSupprimer
  85. Deolee de m'etre eloignee du sujet... ;-)

    RépondreSupprimer
  86. POur reprendre, mon petit garçon de 6 mois 1/2 cododote avec nous depuis sa naissance et dors très rarement sur son lit collé au notre. Pourtant il se réveille encore 4 ou 5 fois la nuit, souvent plus. J'apprends à faire avec, à être patiente, je me dis qu'il a besoin d'être rassuré, que le temps où il arrivera à dormir sereinement viendra...
    Mais c'est vrai que sortir 4 ou 5 fois la journée pour l'endormir en écharpe m'épuise, j'aimerais bien l'accompagner dans son sommeil autrement...

    Vous accompagnez vos enfants dés les premiers signes de fatigues? OU vous le laissez jouer encore un peu jusqu'à ce qu'il soit vraiment fatigué?

    RépondreSupprimer
  87. Bonjour Little Loulou. Je dirais qu'il est encore petit. Six mois ce n'est pas bien vieux. Il va se passer des choses dans les prochains mois !
    Si je peux me permettre de te donner rien qu'un conseil, c'est relax. Musique, detente, ect... Si tu ne bosses pas, dort en meme temps que lui pour recuperer si tu as besoin, surtout si tu allaites !
    Pourquoi as-tu besoin de sortir 4 ou 5 fois par jour de ta maison ? Es-tu certaine que ton enfant en a besoin ou ne penses-tu pas que c'est toi qui en as pris l'habitude car tu ne savais pas comment faire autrement peut etre ? Essayes de le coucher dans son petit lit, en lui chantant des chansons et en le caressant. Sur toi meme, en lui caressant doucement le dos de haut en bas. Il a peut etre besoin de moins dormir durant la journee... Une sieste le matin en fin de matinee et une autre dans l'apres-midi... Peut etre peux-tu essayer de l'accompagner dans un nouveau rythme qu'il cherche lui-meme mais qu'il n'arrive pas a delimiter seul. Courage. Surtout dis toi que chaque jour et nuit passee se rapproche de cette liberte pour toi mais surtout pour lui ;-)

    RépondreSupprimer
  88. Merci! Mais je ne cherche pas une liberté, juste un moyen d'accéder au sommeil plus facilement pour lui, pour nous deux. Je crois qu'on est dans une période de transition, il faut que l'on recherche un nouveau rythme, une nouvelle adaptation... Je vais laisser les jours passer, voir comment cela évolue.

    Quand je le pose sur son lit, au calme, et que je lui fais des petits calins, que le lui chante des chansons il s'énerve commence à pleurer... Je lui explique qu'il est fatigué, que c'est pour cela qu'il ressent ses sensations etc. Mais rien y est, ou alors c'est moi qui ne suit pas patiente, lais je le prend et le sors en écharpe ..

    RépondreSupprimer
  89. C'est qu'il se sent rassure contre toi, je ne pense pas que tu sois impatiente (au contraire, a te lire tu me sembles tout le contraire). Quand tu dis que tu le portes en echarpe et que tu sors, c'est car tu as besoin de marcher pour qu'il s'endorme ? En fait c'est peut etre plutot car il a besoin de se sentir berce ? Ici en Australie, le rocking chair est tres courant pour endormir les bebes. Chaque nursery (chambre de bebe en a un). En Nouvelle Zelande beaucoup avaient des petits hamacs en coton bio, double d'une peau de mouton aussi. Les vieux berceaux de nos grands-meres (a l'origine ce n'etaient pas des petites prisons ;-) servaient egalement a bercer.
    Le bebe retrouve ce doux bercement de lorsqu'il etait dans ton ventre. C'est agreable pour lui et rassurant. Ce fut son tout premier environement.

    Sinon comme tu dis, souvent lorsqu'ils sont trop fatigues, ils s'enervent et n'arrivent plus a s'endormir. Peut etre pourrais tu essayer de le coucher avant qu'il ne soit trop fatigue, avec de quoi "s'occuper" dans son lit. Il s'endormira peut etre plus spontanement.

    Mais comme tu le dis, il y a surement l'idee d'une transition. Ce sont des passages toujours assez difficiles a vivre et demandeurs, comme les pics de croissance.

    La liberte dont je parle, c'est justement cette capacite de ton bebe a s'endormir seul. C'est un grand pas vers l'independance. C'est meme le premier. Pour cela il n'y a pas de mystere ni de secret, je pense qu'il faut qu'il se sente rassure. Plus tu le seras et plus il le sera. Apres il y a des bebes qui ont besoin de plus de temps que d'autres.

    J'avais dit un peu plus haut que j'avais ete voir des osteos (osteo douce specialisee pour les bebes) pour mes deux enfants. Lili a fait ses nuits le soir meme (a 3 semaines) et Jules dans la semaine qui a suivi sa deuxieme seance (aux alentours d'un mois) - session pour effacer les tensions residuelles liees a l'accouchement entre autres, et a la position allongee constante du bebe. Le stress du corps peut donc jouer.

    Je crois que l'echarpe reste une solution excellente. Cela dit, il faut que tu fasses attention au temps de portage par jours pour ta propre sante, comme ton dos. A six mois, un bebe est deja beaucoup plus lourd qu'a la naissance.

    Tu as deja essaye de te coucher avec ton bebe ? Tu peux le placer au milieu d'un grand lit et tu te met pres de lui.

    Tiens nous au courant pour la suite !

    RépondreSupprimer
  90. Je reviens donner un peu de nos nouvelles ... J'ai compris pourquoi notre fils s'agitait tellement la nuit. Il avait simplement envie... d'uriner! Et oui, nous pratiquions l'hygiène naturelle infantile en journée, mais pas pendant la nuit. Depuis que je le vois s'agiter pendant qu'il dort et que je lui propose d'éliminer au-dessus de la bassine, il dort beaucoup mieux! Les tétées câlins, l'envie d'être dans les bras etc étaient juste des signes d'envie d'éliminer!

    L'endormissement se fait toujours en écharpe ou au sein, mais cela se passe mieux..

    RépondreSupprimer
  91. :-) Super ! Je suis fascinee par cette hygiene naturelle. Je ne connais pas beaucoup et ai rarement entendu des temoignages. Si tu souhaites un jour nous en parler... Tu es la bienvenue !

    RépondreSupprimer
  92. Je serais ravie d'écrire un petit texte sur l'hygiène naturelle en général et mon (notre) expérience en particulier, quand j'en prendrais le temps.. je vous le ferais partager avec plaisir!

    RépondreSupprimer
  93. Bonjour,
    je ne sais pas si mon commentaire sera lu, si longtemps après les autres... Mais j'ai une question concernant le sommeil.
    Mes filles de 3 ans et 15 mois partagent la même chambre. L'aînée a besoin de s'agiter, parler, se raconter des histoires, puis réclame un câlin avant de sombrer dans le sommeil. Ma cadette a besoin d'une tétée dans le silence pour s'endormir.
    Résultat, malgré des lits accessibles pour toutes les deux (au sol pour l'une, en hauteur pour l'autre), c'est la cata !
    Si je leur laisse l'autonomie de se coucher quand elles sont fatiguées, c'est l'horreur : elles ne dorment pas, finissent par se battre, et ça se termine dans les pleurs. La cadette finit parfois par sombrer dans le porte-bébé après avoir pourri l'heure précédente (grognements, pleurs, chutes, etc). Quand l'aînée saute la sieste, c'est au prix d'une après-midi très pénible pour elle et les autres (agressivité envers sa sœur, crises, objets cassés, etc).
    Je ne parviens pas à les accompagner pile au tout début des signes de fatigue, car elles n'ont pas du tout le même rythme : les heures de fatigues de l'une correspondent aux moments de grande forme de l'autre... or ni l'une ni l'autre ne peuvent rester seule 1/2h le temps que j'accompagne l'autre !
    Conséquence : je les force à rester coucher jusqu'à ce qu'elles s'endorment à grand renfort d'enfermement seule à clé dans notre chambre pour l'aînée (formidable) d'ordres (sympas), voir cris (encore mieux !)... le tout à une horaire "pratique" (après le repas), qui correspond au rythme de l'école (rentrée le matin pour toutes les deux la semaine dernière juste le matin, école pour l'une, nounou pour l'autre.
    Bref, échec sur toute la ligne concernant le sommeil, et c'est pas faute d'avoir lu bon nombre de livres de M. Montessori !

    En théorie, je suis totalement séduite, et convaincue. Concrètement, je ne vois pas comment mettre en pratique à la maison. Et pour tout dire, j'en ai ras-le-bol de ces conflits autour du sommeil, et j'ai l'impression que mes filles ne dorment pas assez, ce qui ne facilite pas le quotidien.
    Bref, je serais ravie d'avoir des pistes !

    RépondreSupprimer