jeudi 1 juillet 2010

Les joies de l'allaitement

Bonjour ! Tout d'abord je me présente, je m'appelle Paule, et je suis la maman comblée d'une petite Sacha.

Elle a maintenant 18 mois, et elle prend encore le sein. Quelle chance elle a de pouvoir encore ce délecter de ce petit trésor. J'avoue que ça n'a pas toujours été facile. Pourtant, j'ai toujours eu du lait en quantité suffisante pour elle, mon travail et mon emploi du temps me permet de lui donner encore la tétée tant demandée. Mais le regard des autres n'est pas toujours simple. Autour de ses un an, la pression était devenue telle que j'envisageais d'arrêter. Et puis finalement, je me suis écoutée, ce qu'on devrait tous faire plus souvent, et me suis rendue compte que ce n'est pas moi qui voulait arrêter, mais les autres. Les autres sont choqués qu'un enfant si âgé soit toujours accroché au sein de sa mère. J'avoue que moi-même, avant d'avoir Sacha, j'avais une vision un peu simpliste de la chose. Et pourtant ...

L'Organisation Mondiale de la Santé préconise un allaitement jusqu'à l'âge de 2 ans au moins, tout comme le Ministère de la Santé d'ailleurs. En France, malheureusement, la reprise du travail précoce oblige la plupart des mères à sevrer leur enfant très tôt. Ce ne serait pas toujours leur souhait pourtant. Alors l'habitude est prise, l'enfant ne prendra pas le sein longtemps. Pourtant, l'âge moyen de fin d'allaitement est de plus de 4 ans dans le monde ! Et chez bon nombre de nos voisins, l'allaitement dure beaucoup plus longtemps que chez nous.

Au-delà d'un an, le lait maternel est idéalement adapté au développement cérébral de nos bambins. Rappelons que l'enfant a besoin de grande quantité de lait jusqu'à l'âge de 3 ans. Et quoi de plus adapté que la lait fabriqué pour lui par notre propre corps ? Bon nombre d'études ont été faites sur les bienfaits incontestables de l'allaitement, à bien des niveaux : santé bien entendu, mais également développement intellectuel, développement psycho-affectif, cognitif ...

Aujourd'hui, j'assume pleinement mon choix, et ne prête plus attention aux réflexions et aux regards des autres quand ils voient Sacha au sein. Sacha arrêtera de téter quand elle sera prête pour ça, à moins que ce ne soit moi qui en ai marre. Mais pour l'instant, je ne vois pas de bonnes raisons pour arrêter. Aujourd'hui, le sein permet de passer certains stades de l'enfance plus facilement : il est une réponse à bien des maux de la vie : les bobos, les coups durs, les frustrations, les gros chagrins ...

Et puis, le sein, c'est un truc de flemmarde !!! Il faut être rudement organisée pour toujours prévoir le nécessaire pour alimenter notre bébé : biberon, lait, chauffe-biberon ... Là, rien, juste à dégainer et hop ! le tour est joué ... Et puis le lait de vache est fait pour les veaux au départ ... Et sans la précaution d'un lait bio, les biberons donnés à nos poupons sont malheureusement bourrés aux hormones. D'ailleurs, soit dit en passant, le lait de riz, qui peut être coupé au lait d'amande pour ses valeurs nutritives, peut être un très bon palliatif au lait de vache.

Il faut également savoir qu'allaiter, c'est bon pour la maman !!! Juste après l'accouchement, les succions du bébé permettent à l'utérus de se remettre en place beaucoup plus facilement. On le sent très bien d'ailleurs, dès les premières succions de bébé. Et à plus long terme, les femmes allaitantes sont moins menacées par les cancers des ovaires, de l'utérus, du col de l'utérus, du sein ...

Et puis, je ne pense pas que continuer d'allaiter signifie obligatoirement qu'on n'arrive pas à couper le cordon. Sacha est une enfant très débrouillarde, autonome, et n'est pas plus collée à moi que bien des enfants au biberon.

Bon il faut bien comprendre tout ça hein, je ne suis pas en train de dire que l'enfant allaité ne sera jamais malade, et que l'enfant qui ne l'est pas le sera, ni que la mère n'aura jamais un cancer du sein. Evidemment, bien d'autres facteurs sont à prendre en compte. Mais je trouve que le manque d'informations objectives sur le sujet en France est trop important.

Egalement, toutes les femmes ne peuvent ou n'arrivent pas allaiter, pour des tas de raisons : infections, bébé qui refuse, pas assez de lait, l'engorgement, la maladie, une sensibilité exacerbée des seins, un traitement médical, la fatigue peut aussi être un facteur déterminant. Et puis il a celles qui n'en ont juste pas envie, ce qui se respecte aussi ! L'allaitement n'est pas le moyen exclusif de construire un lien avec son enfant. Et heureusement !!! Allaiter ne fait pas de nous une meilleure mère, tout comme le contraire est vrai. Etre à son écoute et à l'écoute de son enfant me semble être le plus important.

Je pourrais encore parler longtemps de ce sujet qui me tient à coeur. Comme je vais m'arrêter, je vous propose, pour ceux et celles que ça intéresse, de vous documenter ici, par exemple, ou .

En tout cas, pour celles qui le peuvent et qui le souhaitent, je vous souhaite de vivre ces moments magiques avec votre bébé le plus longtemps possible. L'allaitement est une merveilleuse continuité du lien construit pendant la grossesse.

Un merci particulier à Sand pour m'avoir permis de rejoindre ce bel endroit ...

53 commentaires:

  1. tu sais, gaspard a 5 mois, et on commence déjà à me regarder un peu de traviole! (mais si ce n'était que pour ça;-))
    mais je crois qu'il n'y a pas si longtemps j'avais moi-même le jugement facile, alors je me contente d'un sourire...
    e quand je vois les bienfaits de l'allaitement, physique comme émotionnel, je continue... même si parfois c'est un peu compliqué, et fatiguant.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'au début, c'est un peu fatiguant. Sacha n'a eu que mon lait, en dehors de la diversification alimentaire, jusqu'à l'âge de 9 mois passés. Et depuis j'alterne. Je ne ressens plus du tout la fatigue des débuts (enfin je conçois que 9 mois comme début ça fait longuet ;D
    Aujourd'hui, je ne vois plus du tout les yeux qui doivent être rivés sur moi quand je dégaine ... Je me contente de répondre aux commentaires de mes proches qui voient tout ça d'un oeil un peu étrange, et qui ne se prive pas de dire à Sacha elle-même qu'il serait tout de même temps d'arrêter maintenant !!!
    Elle a l'air de s'en fiche plus que moi encore ... Notre complicité est aussi construite sur l'allaitement.
    Je te souhaite de pouvoir continuer aussi longtemps que tu le pourras ;D

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tellement admirative ! Je suis la premiere a defendre l'allaitement jusqu'a au moins deux ans. La aussi, comme toutes je reviens de loin sur la question. J'aurais tellement voulu allaiter mes enfants plus longtemps. Oui, je fais partie de ces rares femmes a ne pas supporter physiquement les bouleversements hormonaux dus a la tetee. Ce qui me faisait passer chaque tetee dans le malaise le plus total (la tete dans la bassine). Pour Jules, j'ai reussi a tenir jusqu'a 6 mois. Tres difficilement. bravo a toi Paule, bravo d'aller au bout de tes idees et de ne pas ecouter les "autres".

    RépondreSupprimer
  4. Bravo pour cet article Paule, qui a toute sa place ici...

    et Bienvenue!

    RépondreSupprimer
  5. Merci Sand !
    Je ne connaissais pas le problème que tu évoques ! Mais tu mérites une médaille pour avoir allaité si longtemps dans ces conditions !!! Sais-tu quel est le mécanisme hormonal qui s'opère ?
    Pour moi, j'avoue que tout a été si simple.La première tétée s'est faite assez rapidement à la naissance. J'étais un peu gauche, elle aussi. Je l'ai vu et lui ai dit que nous allions apprendre à faire celà ensemble, qu'on avait le temps, tout le temps du monde. Au bout de trois essais, le coup était pris. Je n'ai jamais eu de crevasses, ni même les seins qui dégorgent pendant les montées de lait, jamais eu besoin donc de placer un bout de tissus sur mes seins entre deux tétées. Soit dit en passant, les crevasses sont dues à une mauvaise position pendant la tétée. L'allaitement ne fait pas mal quand la maman et le bébé sont bien comme il faut tous les deux. Bon j'ai quand même eu une montée de lait vraiment impressionnante et très douloureuse - je suis montée à du ... 115F ... si si jte jure ... Je faisais des "masques" d'argile sur les seins pour décongestiner, en priant le ciel que Sacha ne réclame pas dans ces moments-là ...
    Je crois qu'il faut beaucoup s'écouter au tout début de l'allaitement, ça aide à se trouver, à deux.
    De plus, il faut savoir que pour allaiter, il faut que la montée d'ocytocine se fasse, et l'ocytocine est une hormone timide - celle qu'on appelle aussi l'hormone de l'amour. Parfois, quand le départ est un peu compliqué, il suffit juste de s'isoler avec son bébé dans un endroit on l'on se sent bien pour que la timide ocytocine pointe le bout de son nez et que le miracle s'opère ...

    RépondreSupprimer
  6. Merci beaucoup Aotte pour ton accueil ...

    RépondreSupprimer
  7. @ Paule : 115 F, wow OMG ! Surtout que vu ton gabari (tu es ultra fine) tu devais ressembler a Pammy ;-D
    Pour les mecanismes, la montee de lait me rendait completement vaseuse. Puis durant la tetee c'etait assez progressif mais pas forcement constant, de pire en pire. Une fois que mon estomac etait libere ca allait mieux. Je pensais que manger apres serait mieux, mais finalement c'etait pire... Il y a des jours ou ca allait mieux, des jours ou s'etait assez epouvantable. C'etait beaucoup plus fort avec mon fils qu'avec ma fille (comme les crampes d'ailleurs). D'apres ma sage-femme cela peut se produire chez certaines femmes qui ont une grosse sensibilite (aux variations hormonales), mais c'est tres rare. Donc no worries pour les futures mamans qui me lisent ici ;-).

    RépondreSupprimer
  8. Oui, certains bébés y sont très sensibles aussi. Mes deux nièces ont eu des seins ET du lait au cours des 3 premiers mois, en réaction aux hormones de leur mère. impressionnant je dois dire ...

    RépondreSupprimer
  9. hello Paule et welcome!

    j'allaite Theodore et je suis bien d'accord c'est un truc de flemmarde!! En Irlande ou le conge maternite est pourtant super long, peu de femmes allaitent (mme taux qu'en France je crois a la traine des autres pays europeens), mais c'est assez faciel d'allaiter un peu partout. Bon sinon seul gros point noir pour moi dans cette histoire c'est la fringale de trucs sucres et la prise d epoids qui va avec...je croyais que cela faisiat maigrir.., ARGHHH non !!!

    kiss

    RépondreSupprimer
  10. Merci Lilou !
    Je peux rien dire là-dessus, moi ça me fait plutôt l'effet inverse. Je n'arrive pas à remonter à mon poids d'avant grossesse, je cours après les kilos perdus.
    Oui l'allaitement, c'est le truc le plus pratique au monde !!!
    Quel age a Théodore ?

    RépondreSupprimer
  11. Euh les filles, si vous permettez, je vais me permettre de mettre un bémol a cette phrase trop souvent entendue : "les crevasses sont liées a une mauvaise position du bébé "
    J'ai allaite mon 1er enfant jusqu'à la reprise du boulot: tout se passait merveilleusement bien sauf une lymphangite ( infection du sein avec fièvre a plus de 40) ou les médecins m'ont interdit d'allaiter mon fils pendant 2 jours ( j'ai su après que ce n'était pas necessaire mais j'étais tellement crevée que j'ai laisse faire ).
    Pour mon 2ème fils, c'etait plus complique. Ne a 35SG, il est reste 15jours en réanimation puis neonat. Je tirais mon lait bien trop abondant et j'ai encore fait une lymphangite. Mais le plus grave, ce sont les crevasses qui sont arrives avec le tire lait... J'ai eu beau mettre de la crème miracle, elles se reouvraient sans cesse. J'ai mis E dans la position idéale, j'ai tente plein de choses mais rien n'y a fait : a 5mois, les seins en sang' les larmes aux yeux, j'ai arrête l'allaitement. J'ai entendu plus tard que certains bébés ne savent pas téter correctement et que ses debuts dans la vie ne l'ont pas aide. Alors, même si je disais a tout va que si on veut allaiter, on peut et que j'étais convaincue que les crevasses n'étaient du que au mauvais positionnement du bébé, j'ai été obligée de revoir ma copie...

    RépondreSupprimer
  12. Pour la lymphangite, rien de tel que les massages sous la douche, les compresses chaudes et la feuille de choux dans le soutif ! Ah oui, moi aussi aux abonnees avec mon fils.
    Pour les crevasses rien de mieux que de mettre son propre lait sur la crevasse !
    Et surtout aider le bebe a prendre le sein correctement, on ne doit plus voir l'aureole du mamelon. la position est essentielle, mais si comme le dit Laet ce n'est pas tout...

    RépondreSupprimer
  13. Je ne peux pas rester sans reaction sur le sujet de l'allaitement, c'est un peu mon cheval de bataille...
    Comme Paule, je n'ai jamais eu ni crevasse, ni douleur, ni probleme, sauf une enoooorme montee de lait qui m'a fait me reveiller un matin a la maternite, avec 2 obus a la place des seins. Extraordinaire, mais pour rien au monde je ne voudrais de seins comme ceux la ! :)

    Hanae, avec tous ses pbs, n'a jamais voulu reellement teter, sa + longue tetee : 10mns au sein, le jour ou j'ai pu la reprendre dans mes bras apres son operation du coeur.... J'ai tenu 9 mois au double-tire electrique, de 2 a 3 fois par jour.. C;est LONG
    mais pour rien au monde je ne regrette !!

    Je voulais dire que, avant d'accoucher d'Eliott, j'avais une vision tres floue de l'allaitement, et pareil, je voyais d'un drole d'oeil les mamans allaitantes... Mais quel bouleversement quand on a son propre enfant !

    Tout ca pour dire que je crois qu'on ne peut pas avoir d'avis avant d'avoir soi-meme son enfant, soit dans le ventre, soit SUR le ventre... ca depend des femmes.

    Et par contre, je m'etais extremement bien renseignee, par moi-meme (blogs, leache league) et surtout le tres bon livre de Marie Thirion sur l'allaitement, parce que je savais que les maternites n'etaient parfois pas tres amies de l'allaitement... et j'ai bien fait, parce que la premiere nuit, on m'a dit "on vous prend votre bebe, dormez !", j'ai accepte tellement j'etais fatiguee, je m'en veux encore auj ! Et elles lui ont donne... Un biberon, au lieu de me reveiller !!

    Il y a encore bp de progres a faire en France a ce niveau,,,,

    RépondreSupprimer
  14. Allaitement long pour mes 2 enfants, plus long pour le second, 2 ans... incroyable, cela me paraissait impossible voire même suspect avant d'être maman...
    un abonnement aux lymphangites, une grande consommatrice de feuilles de choux, et d'huiles essentielles dans ces moments un peu douloureux...
    merci paule pour ton article, jolie photo!

    RépondreSupprimer
  15. Ma fille a deux ans. J'ai rencontré des médecins qui m'ont dit "arrêtez maintenant, passez à autre chose" quand elle avait 9 mois. Notre ostéopathe vient de nous dire" continuez si vous pouvez c'est excellent". Cherchez l'erreur ...

    J'ai eu aussi une lyphangite,effectivement il ne faut pas arrêtez d'allaiter dans ce cas là.
    Cherc Après allaiter ou pas c'est un choix personnel qui se respecte.

    RépondreSupprimer
  16. Finalement c'est ce qui m'ennuie le plus en effet. Le regard des autres c'est une chose, c'est complique, c'est penible, mais quand on sait, ou du moins que l'on sent que l'on a raison et que l'on fait ce qu'il y a de mieux pour son enfant, on peut rester en accord avec soi-meme, meme si c'est au prix de batailles avec l'entourage. Mais lorsqu'un medecin, un specialiste de la profession (qui a fait au moins 7 ans d'etudes !) nous dit le contraire, il y a comme un malaise... On a tendance a vouloir ecouter le medecin.

    Perso j'ai pris le parti de lacher l'affaire avec les medecins. Je n'emmene mes enfants que lorsque besoin est, par exemple pour l'asthme de mon fils. Je ne sais pas combien mes enfants pesent, combien ils mesurent exactement (meme si cela amuse Lili de se mesurer). Bref, nous allons chez le medecin une fois par an a tout casser (les vaccins sont en standby chez nous, je ferais un article un jour pour expliquer pourquoi). Pourtant j'ai un mari qui bosse dans la profession et a l'uni de medecine de Sydney...

    RépondreSupprimer
  17. @ La petite ecole d'Elina, c'est genial, je suis tres admirative les filles ! Non seulement de votre bienveillance mais egalement de votre determination face au regard des autres.

    RépondreSupprimer
  18. Bien sûr, tout se respecte. Chacun doit se sentir à l'aise dans ses choix. Respecter une femme qui ne veut pas allaiter va de soi, et accompagner une femme qui le souhaite et la soutenir aussi. Je rejoins Marie sur ce point, la France n'est pas encore très au point sur cet accompagnement.

    RépondreSupprimer
  19. @ Sand : Je te rejoins complètement ... Pour moi, le médecin est un garagiste du corps. Il ne cherche pas le fond du problème, il cherche à réparer - ce qu'il fait très bien du reste. Je préfère de très loin aller voir un ostéopathe pour tous les petits soucis de la vie quotidienne. Comme toi, et comme tu sais, je ne suis pas très vaccin non plus. Sacha ne va chez le pédiatre que pour les visites obligatoires.

    RépondreSupprimer
  20. pour la première fois, je lis un billet ici qui -bien que je sois d'accord avec le principe de l'allaitement au long cours, au contraire, je ne vois pas le problème - me heurte quand même dans ma maternité. Moi avant mon premier fils j'étais pro allaitement, puis une fois mon bébé au sein c'était une charge émotionnelle trop forte pour moi, que j'ai très mal vécu. J'ai dû arrêter car le stress que ça engendrait coupait mes montées de lait et jules se déshydratait. Bref, je viens d'avoir mon deuxième enfant, que je n'allaite pas non plus et je dois avouer que lire ce billet après lui avoir donner son biberon me donne l'impression d'être assez mauvaise mère en fait.

    RépondreSupprimer
  21. Je peux comprendre ce mecanisme de sentiment de culpabilite ou de desespoir, n'ayant pu faire moi-meme ce que j'aurais voulu, n'ayant pu faire comme Paule a reussi, mais je ne vois pas en quoi cet article qui vante les bienfaits de l'allaitement serait desobligeant envers les femmes qui ne peuvent le faire ou qui choisissent de faire autrement. Je crois que tout ce que dit Paule sur un plan medical, comme emotionnel est tres vrai et scientifiquement etaye par d'excellents dossiers. Je pense que cet article s'adresse aux femmes qui hesitent, qui ne savent pas, qui ne sont pas informees. Il ne sert pas a pointer du doigt celles qui font differement. Ce n'est absolument pas le but ni les objectifs de ce blog. Je crois qu'il est egalement sagesse que de ne pas se sentir viser par les propos d'une autre qui agit ici par bienveillance. Si maladresse il y a, et je dois dire que je ne la vois pas, elle doit etre comprise et toleree. Nous ne sommes pas des auteurs professionelles mais des meres simples et volontaires, l'acces a ce site est libre et non-remunere, un peu comme du benevolat...

    Nous prenons note, mais demandons aux lectrices d'etre egalement tolerantes en ce sens.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  22. @ Tante Betsy, je ne pense pas que tu sois une mauvaise mere car tu donnes le biberon a ton enfant. Tu as fait de ton mieux, tout comme j'ai fait de mon mieux avec mes enfants. Mon fils Jules (hehehe) a pris le biberon pendant 1 an et demi ! Et j'en suis ravie. Tu es une tres bonne maman comme nous le sommes toutes !!

    RépondreSupprimer
  23. maman de 3 enfants je n'ai allaité que ma petite dernière.
    pour mon 1er, il était hors de question de donner le sein, je ne suis pas issue d'une famille où on allaite et ce rapport au corps me dérangeait.
    j'ai donné tous les bib avec joies et mon fils ne s'en i pas plus mal porté et notre relation n'en a pas été moins forte.
    pour mon 2eme je souhaitais allaiter et j'avais lu bcp (trop) de livres sauf que mon bb est né avec un frein de langue trop court pour bien téter et qu'on lui a coupé env 5h aprés sa naissance et qu'il refusait de téter.
    au bout de 2 jours j'avais un bb qui pleurait bcp, des seins en sang (car bb prenait mal), une chute d'hormones et personne vers qui me tourner...
    j'ai donné un bib puis 2 et ce fut la fin de l'allaitement..
    je ne me suis pas sentie coupable mais j'avais des regrets.
    pour ma 3eme, j'ai surtt veillé a trouver un réseau d'aide avant l'accouchement.
    j'ai eut la chance qu'elle prenne bien et mon retour précoce à la maison m'a permit de débuter l'allaitement dans un climat apaisant.
    pourtant ce ne fut pas rose, j'ai un ref pour lequel il a fallut trouver des solutions.
    au bout de 2 mois j'ai eu un canal lactifère de bouché et sans le soutien d'une copine j'aurais abandonné...j'avais mal, je m'épuisais, on rajoute un baby blues tardif et on a envie de craquer...
    j'ai tenu bon et même si il y'a des hauts et des bas je suis contente d'allaiter encore...
    au départ je m'étais fixé un objectif de 4 mois, puis de 6 mois etc aujourdhui ma puce aura bientôt 5 mois et je ne me pose plus la question...ça durera tant que ça durera...

    RépondreSupprimer
  24. Coralie ton histoire est geniale !

    RépondreSupprimer
  25. Comme Sand, sauf je n'ai pas pu allaiter du tout (enfin, si 8 jours, il a eu le colostrum :-). Suite à une tumeur au sein, et une grande sensibilité physique. Au lieu de tout réécrire, je vais indiquer les liens où j'en ai parlé. Comme ça, libre à chacun d'aller lire ou pas ;-)

    J'ai bataillé intérieurement entre mes convictions sur les vertus de l'allaitement, et la réalité de ce qui se passait dans mon quotidien de maman. J'ai beaucoup appris de cela. J'en ai déjà parlé là : http://jardiniere-d-eveil.over-blog.com/article-allaitement-ephemere-souvenir-d-une-voie-lactee-42785983.html

    Hier, j'ai vu une femme indienne donner le sein à une petite antilope orpheline. Un autre monde, une autre culture... qui a dû faire sursauter bien des téléspectateurs occidentaux. Je n'ai pas d'avis sur cela, mais j'ai observé que chez eux, c'est intégré. C'est tout.

    Pour en revenir à l'allaitement mère-enfant, j'ai dû opter pour le biberon (j'en parle là : http://jardiniere-d-eveil.over-blog.com/article-donner-le-biberon-et-cultiver-joyeusement-l-instant-present-45988773.html).

    Au début lait de vache classique qu'il ne supportait que mal. Donc nous sommes passés au lait Châtaignes-Jument BIO (1% de lait de jument = tout de même un peu du même anti-microbien que dans le lait maternel:-).

    Le lait de châtaigne est l'un des rares à pouvoir être donné dès la naissance, à un prix un peu plus accessible que les lait de jument, d'ânesse ou de chèvre !). Bon, c'était en effet toute une organisation, parce nous devions complémenter avec de la spiruline en poudre et une goutte d'huile d'onagre dans chaque bib' ! lol

    A son âge maintenant, il prend du lait d'amande Ludmila De Bardo (il contient une algue spéciale dedans pour plus de calcium entre autre). Et nous diversifions...

    J'ai préféré accepter la situation plutôt que d'en souffrir. Biberon ou sein, l'important c'est le bonheur des enfants comme des parents :-)

    RépondreSupprimer
  26. Coralie, ton témoignage est très touchant, je ne connaissais pas ton parcours... c'est vrai que nous sommes cousines, mais qu'on se découvre un peu plus via les blogs...
    Pour mon 1er, j'ai dû arrêter l'allaitement à 7 mois, suite à un problème médical, pour lequel on m'a qq peu fait culpabiliser d'allaiter encore mon fils. Très tristement, j'ai donc arrêté, et j'ai appris plus tard qu'il n'y avait pas de contre-indication...
    Pour ce qui est de la suite de l'alimentation, comme je ne voyais pas de pédiatre, seulement notre médecin homéo, nous avons décidé d'éviter le lait de vache, Auguste a bu du lait de châtaigne, puis plus grand, également du lait d'amande, tous deux riches en calcium.
    Mon 2ème enfant a demandé des biberons vers 2 ans, pour découvrir ce que c'était... après que d'un commun accord entre nous, l'allaitement c'était arrêté.
    J'ai repris le travail pour Célestin, âgé d'environ 8 mois, à mi-temps, j'allais l'allaiter le midi chez sa nourrice qui habitait tout à côté de mon école. Super pratique!

    RépondreSupprimer
  27. @ Séverine : entièrement d'accord avec toi, l'important c'est de trouver un compromis acceptable où chacun peut s'épanouir. C'est génial que tu l'ais vécu comme ça, que tu ais su prendre du recul, sans culpabilité. C'est chouette ...

    RépondreSupprimer
  28. Tout d'abord Paule, je suis entièrement d'acord avec ce que tu dis dans ton article :o)

    Mon fils à 13 mois et je l'allaite "encore", et ça durera tant qu'on en aura envie tous les 2, quoi qu'en disent les autres.

    Je tenais aussi à vous faire part d'une "anecdote" s'il on peut dire, qui m'a beaucoup contrariée. Je souhaiterais que Jules aille dans une école Montessori, et il y en a 2 dans ma région. La première est assez loin, mais j'en suis ressortie ravie quand je l'ai visitée. La 2ème est juste à côté de mon futur travail, mais.... quand l'assistante qui m'a fait visiter à compris que j'allaitais toujours Jules, elle m'a dit que l'éducatrice de la classe des 3-6 ans, ne souhaitais pas avoir dans sa classe d'enfants encore allaités, car elle a remarqué qu'ils posaient plus de problèmes..................!!!!!! Je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec cette éducatrice, mais honnêtement, je n'en ai même pas envie. Cette remarque m'est restée en travers de la gorge, car ce n'est certainement pas à elle de décider jusqu'à quel âge je dois ou pas allaiter mon enfant ! Et je trouve que ce genre de "principe" ne colle pas trop avec la pédagogie Montessori..... Bref, mon fils n'ira certainement pas là-bas à l'école..!

    Pour faire suite aux commentaires, J'ai été l'année dernière à une conférence sur l'allaitement donnée par une Américaine, et elle disait très justement qu'en France, ce n'était pas politiquement correct de dire à une femme qui ne souhaite pas allaiter, quelle qu'en soit la raison, que l'allaitement maternel est meilleur pour la santé de son bébé que le lait artificiel, simplement, sans jugement.

    Et c'est vrai qu'il est difficile de vanter les mérites de l'allaitement sans que les mères non allaitantes se sentent accusées d'être des mauvaises mères (tante betsy, ce n'est pas un jujement que je fais là ;o).

    L'allaitement, ça a beau être naturel, c'est loin d'être toujours évident. Personnellement, ça n'a pas toujours été simple, ref qui gênait beaucoup mon bébé, candidose mammaire.... mais je l'aurais vécu comme un véritable échec si j'avais abandonné.
    Je pense que la clé est d'être informé, déjà, mais surtout AVANT la naissance.

    J'ai entendu une phrase très juste à un congrès sur l'allaitement récemment : "tant que l'allaitement en france sera considéré comme un choix, et non comme une norme, on arrivera pas à faire augmenter le taux d'allaitement".

    Je crois que la clé du problème se trouve peut-être là. Qu'une femme n'allaite pas parce qu'elle croit que le lait artificiel fait aussi bien que le lait maternel, tout ça par manque d'information fiable (pourtant à la télé il disent que c'est bien, hein ?!!! lol), ça c'est dommage.
    Ensuite, une fois bien informée, chacune est libre de faire comme elle veut, comme elle le sent, comme elle peut.

    Et j'en profite pour dire merci aux créatrices de ce blog qui est une vraie petite mine d'or ! :o)

    RépondreSupprimer
  29. Mais c'est fou tous ces Jules !!! :-D

    RépondreSupprimer
  30. Merci Paule aussi pour ce petit update bienveillant dans ton article !

    RépondreSupprimer
  31. @ Marie l'Ange, ce n'est absolument pas un comportement normal pour une enseignante Montessori ! Malheureusement oui, cela existe. On trouve des comportements siderants ou dogmatiques partout... C'est dommage.
    Pour ce qui est du free-speech je te rejoins completement.
    Tu souleves des questions interessantes avec cette idee de norme. Je vais reflechir a tout cela.

    RépondreSupprimer
  32. @ Severine, une belle histoire aussi que la tienne ! Qui se finit bien. Car comme vous le dites toutes tres bien, lorsque le choix conscient existe on choisit au mieux. Lorsqu'il n'existe pas, on fait egalement au mieux. C'est aussi pour cela que ce blog est interessant, car nous faisons toutes au mieux, dans nos connaissances, notre ressenti et que nous ne nous fermons aucune barriere.
    Perso, je lis tout ce qui est ecrit ici. chaque article, chaque commentaire ! Je realise qu'en l'espace de si peu de temps j'ai beaucoup fait evoluer mes idees par l'experience des autres.

    La question indienne est interessante dans son symbolisme et dans la maniere qu'elle nous delimite du monde animal. Je vais passer pour une zinzin, mais je trouve l'image belle.

    RépondreSupprimer
  33. @ Marie l'Ange : Tu m'étonnes que ça te soit resté en travers de la gorge ! Ca m'aurait fait bizarre aussi ! J'aurais tout de même été curieuse de connaître les fondements de ses apriori.

    Je te rejoins sur l'idée que peu importe la décision finale, tant qu'elle est prise en connaissance de cause, et en adéquation avec son moi profond. Aujourd'hui, je trouve qu'on dirige trop la jeune mère vers ce qui est arrangeant - un peu comme pour l'accouchement, mais ça sera sans doute l'objet d'un autre article !
    Ma belle-soeur, qui voulait allaiter, s'est engueulée avec une sage-femme qui lui disait qu'elle ne pourrait pas, parce que pas assez de lait. Si ma belle-soeur n'avais pas eu un foutu un caractère, probablement elle l'aurait écoutée et n'aurait pas donné le sein. Au final, elle a pu allaiter son enfant 2 mois et demi entièrement, jusqu'à la reprise de son travail, sans aucun problème ... C'est aussi l'intérêt d'avoir un suivi global pendant la grossesse et après la naissance. Ca permet de savoir qui va nous suivre, et de ne pas être l'objet d'une espèce de loterie : tu tomberas sur quelqu'un qui t'accompagnera ou sur quelqu'un qui aura décidé de t'emmener où elle a envie elle.

    RépondreSupprimer
  34. Marie l'Ange je suis parfaitement d'accord avec toi, en France mais surement ailleurs aussi.... on a bp de mal a dire les choses en toute simplicite....

    enoncer les faits scientifiques sur l'allaitement, c'est tjs etre pris a parti, et je le sais puisque c'est quasiment systematiquement le cas quand j'aborde le sujet avec d'autres mamans non-allaitantes...

    mais ca marche avec tout plein d'autres sujets !! Comme par exemple, le handicap, dont nous avons parle...

    je ne vise pas specialement Tante Betsy, je parle vraiment d'une facon generale, mais on a auj en France bp de mal a parler ouvertement d'un sujet, et meme enoncer des faits, reconnus, scientifiques; sans soulever des reactions enflammees, ou meme agressives.

    N'oublions pas qu'il y a les faits ET les verites de chacun... et si tout le monde essayait de parler sans agresser ou se sentir agresse, on s'ecouterait surement tous mieux
    (je ne parle pas de ce message sur l'allaitement evidemment !!!!!)

    RépondreSupprimer
  35. Cela dit n'oublions pas que cette maman s'est sentie heurtee. Meme si Paule n'a rien dit allant dans ce sens, je comprend qu'une maman puisse eprouver ce type de sentiments. C'est vraiment bien que Paule ait rajoute cette partie a son texte : " Egalement, toutes les femmes ne peuvent ou n'arrivent pas allaiter, pour des tas de raisons : infections, bébé qui refuse, pas assez de lait, l'engorgement, la maladie, une sensibilité exacerbée des seins, un traitement médical, la fatigue peut aussi être un facteur déterminant. Et puis il a celles qui n'en ont juste pas envie, ce qui se respecte aussi ! L'allaitement n'est pas le moyen exclusif de construire un lien avec son enfant. Et heureusement !!! Allaiter ne fait pas de nous une meilleure mère, tout comme le contraire est vrai. Etre à son écoute et à l'écoute de son enfant me semble être le plus important."

    On vit dans une societe qui pousse ses individus a se rentrer dans les pattes continuellement et c'est un devenu reflexe de defense naturel (cela m'arrive aussi !). Il y a un vrai malaise dans notre societe je crois. C'est aussi l'objectif de ce blog, nous rapprocher toutes, avec nos differences, nos apprioris et essayer de nous extirper de tout cela...

    Tante Betsy, merci a toi aussi. Ce cri t'etait certainement necessaire et nous l'avons bien compris.

    RépondreSupprimer
  36. Je pensais pour mon 1er enfant que l'allaitement ct comme une evidence, que tout allait très bien se passer, j'etais confiante et puis finalement non...un tour chez le pediatre, un bébé qui ne grossissait pas assez, le pediatre me criant dessus, vous n'avez pas vu que votre enfant n'avait pas assez grossit...je suis ressorti complétement déboussolé, une ordonnance de poudre de lait, je suis arrivé devant mon mari en larmes..j'ai fais un allaitement mixte jusque 5 mois....

    pour ma 2e je m'etais juré de ne pas me laisser faire par tout ces medecins, je me suis beaucoup informé, livre, blogs, amies allaitantes et là je dois dire que que tout à changé, j'ai allaité ma fille 2 ans, j'etais bien entouré par mon mari,ma famille,, pourquoi 2 ans par ce que j'en avais envie, les choses ce sont fait en douceur....j'ai repris mon travail au 1 an de ma fille, je l'allaiter la nuit, le matin avant de partir au taf et le soir a la demande, on se rattrapé le mercredi et le we, j'ai adoré allaiter, ce corps a corps je trouve ca géniale, ce que je preferais ct allonger dans le lit le bébé collé a moi et au sein hummm un peu bonheur en plus je pouvais somnoler un peu...vers 9 mois d'allaitement j'ai commencé a perdre du poids tout en mangeant toujours autant...chouette tous ces temoignages

    RépondreSupprimer
  37. @ Merci Mymy, la encore, dans ce temoignage, tant de choses interessantes... La notion du corps a corps, de l'appreciation tactile de ses enfants. Encore un terrible vandalisme qu'il est difficile de restaurer...

    RépondreSupprimer
  38. félicitations pour tout ce chemin parcouru le long de la voie lactée...
    bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  39. @ Mymy : très belle expérience. Je trouve triste qu'on t'ait "retiré" ta confiance en toi pour le premier. C'est souvent le cas malheureusement. Bon nombre de médecins font réveiller les enfants la nuit alors qu'ils font des nuits complètes pour les nourrir ... Et oui ma bonne dame, un enfant à la naissance, ça doit manger toutes les 3 heures, point barre ! Je trouve ça dingue ... Un enfant ne se laisse pas mourir de faim, jamais. Un enfant qui ne grossit pas selon les courbes données peut parfaitement être un enfant qui est en très bonne santé. La mienne est une crevette, et ne grossit pas très vite. J'ai droit à ma petite réflexion à chaque visite, rare heureusement. J'ai la chance d'être suivie en parallèle par une sage-femme-homme génial qui remet de l'ordre dans mes idées lorsqu'elles ont été embrouillées. Je suis certaine qu'il m'a beaucoup aidée et qu'il continue à le faire. Mais les personnes dans le corps médical qui accompagne de manière non intrusive sont malheureusement tellement rares. La plupart pense détenir une vérité écrite de laquelle il ne faut pas s'écarter. Alors qu'avoir un enfant, c'est tout le contraire. Tout commme le dit Sand, peu importe le poids, la taille, le tour de crâne de ton enfant, tant que tu le vois bien évoluer. Et personne mieux que toi ne peut l'observer.

    RépondreSupprimer
  40. OUAH ! Quelques jours sans venir par ici et HOP plein de sujets à découvrir !!! Je viens de passer environ une heure à lire les articles et les commentaires ... Je crois que oui il faut se battre pour que l'information TOUTE l'information circule au sujet de l'allaitement maternel à fin que les femmes puissent choisir ... sans jugement ! Drôle d'époque où on pense tout savoir, où il n'y a qu'à cliquer pour s'informer et pourtant ... en lisant les commentaires je repense aux débats entourant la sortie du dernier ouvrage de la philosophe Elisabeth Badinter où elle remettait en cause ce "retour à la nature" à tout prix qui asservirait la femme d'aujourd'hui ... Malgré tout je me dis qu'il faut se garder de tout dogmatisme dans un sens comme dans l'autre ... j'ai fait comme je le "sentais", j'ai allaité mes 3 enfants, chacun de façon différente car quoi qu'on en dise, malgré NOS envies, nous nous adaptons aussi et surtout à la personnalité de chacun de nos enfants ... Sacha pendant 6 mois {biberon introduit vers 4 mois}, Anouk un an {allaitement maternel exclusif et elle n'a jamais voulu boire de lait de vache ou autre ... d'ailleurs ça inquiétait pas mal de monde qu'elle ne boive plus de lait et mon pédiatre m'a rappelé qu'elle buvait l'eau du robinet qui ici est riche en calcaire donc en calcium et qu'elle mangeait du fromage et des yahourts ... faut voir la carrure de la miss aujourd'hui} et Jeanne jusqu'à 7 mois {j'avais introduit le biberon à 2 mois} ... pas une "histoire" pareille mais toujours l'envie de les nourrir naturellement ... une amie proche n'a pas voulu allaiter sa fille car elle est très complexée par sa poitrine {elle fait un bonnet D} et l'idée de devoir passer par la montée de lait la paniquait ... elle est une maman formidable, à l'écoute de sa fille et elle a donné le biberon ... "c'est égoïste" ai-je entendu dire parfois ... moi en tout cas je ne le pense pas et comprends le choix qu'elle a fait !

    RépondreSupprimer
  41. C'est terrible de dire à une mère qu'elle est égoïste parce qu'elle n'allaite pas, et très culpabilisant ! Chaque mère, je suppose, fait ce qu'elle pense être le mieux pour elle et pour son enfant.

    RépondreSupprimer
  42. moi qui est été des 2 cotés je peux vous dire que quoi que l'on fasse on est jugée.
    je n'ai pas allaité mon 1er et ce n'etait pas bien car je ne lui donnait pas le meilleur...en plus comme il a refusé de boire du lait à 3 mois, si j'avais allaité je n'aurais pas eut ce souci etc etc..
    pour mon 2eme j'ai eut la version : donnne un bib ce sera mieux et la version : donne le sein "tant pis " si tu pleures toute la journée...
    Pour ma 3ème, on me demande qd je vais arrêter, qd elle a eut des coliques c'était la faute de mon lait, on m'a dit que je me compliquais la vie , que j'éloignais le papa , que si j'étais fatiguée je devais donner un bib etc etc....
    Si il y'a bien une chose que j'ai apprit en étant maman c'est que l'on est et sera toujours critiqué ( quoi il n'est pas propre? quoi il dort ds ton lit? quoi il ne marche pas etc etc)donc il faut se protéger le plus possible et croire en ses choix...
    moi je dis souvent : avant j'avais des principes maintenant j'ai des enfants!!!

    RépondreSupprimer
  43. Bienvenue Paule!
    Magnifique article! Je te félicite! J'ai bcp aimé donner le lait à mon petit mais malheureusement je n'en avais pas assez donc ce fut de courte durée. J'étais très déçue et sentais que je n'étais pas une bonne maman. Mais après un moment j'ai simplement accepté. Les explication scientifiques de mon mari médecin et sa gentillesse ont aidé!
    Mon mari qui est d'Afghanistan a pris du lait de sa maman jusqu'à l'âge de 4 ans et demie. Ce qui est normal dans bcp de pays --et également très sain quand on pense qu'il a grandi pendant la guerre et donc avec certaines pénuries.
    Merci encore pour ton article --également pour le ton joyeux que tu y as mis!

    RépondreSupprimer
  44. @ Coralie : ça tu as bien raison, quoi qu'on fasse, il y aura toujours quelqu'un pour trouver quelque chose à redire ... Pour tout ce qui touche à l'enfant ... J'aime beaucoup ta philosophie ...
    @ Kenza : Merci beaucoup, ça fait plaisir. J'ai parcouru avec beaucoup de plaisir ton blog. Je pense que j'aurai l'occasion d'y refaire des tours ...

    RépondreSupprimer
  45. Quel plaisir de lire ce blog.
    Les commentaires sont aussi riches que les billets...
    J'allaite Clotilde depuis 3 mois 1/2, tout se passe très bien depuis le début (bon, ça a été très fatiguant au début et malgré les informations j'avais envie qu'elle ait un "rythme", ce qui m'a fait stresser pour rien puisqu'il faut de toutes manières écouter son bébé sans compter...)
    Je ne sais pas combien de temps je vais allaiter.
    En tous les cas Sand je me permets de te tirer mon chapeau tu es la meilleure modératrice/hôtesse de blog que j'aie rencontrée sur la toile !
    Merci pour ta bienveillance.

    RépondreSupprimer
  46. Pour l'anecdote, les Inuits sont (etaient ? la societe change tellement vite pour eux, pas vraiment en bien...) allaites jusqu'a ... 7 ans !

    Bon moi perso j'abandonnerais avant.. mais quand les conditions sont necessaires, subitement y'a plus de souci de "j'ai plus de lait".

    Je voudrais aussi faire part de mon experience par rapport a un enfant malade allaite : Hanae ne depassant pas les 7/8 kgs avant 2 ans et des bananes, et avant son operation du coeur (a 6 mois, elle faisait 4,7kgs...), combien de gens, de ma FAMILLE, ais-je du subir : "Tu es sure que ton lait est assez riche ?"

    Ca m'est reste en travers de la gorge, et j'ai beau en temps normal mettre ca sur le compte de l'ignorance et du poids des "traditions", aussi lourdes soient-elles, c'est vraiment VRAIMENT lourd a supporter, quand on supporte deja bp....

    RépondreSupprimer
  47. @ Marie : Comme ça doit être dur en effet ... Bravo à toi d'avoir tenu et d'avoir trouver la force de te faire confiance, je suis admirative ... Ma belle-mère aussi avait des réflexions dans ce sens au départ, Sacha tétait beaucoup le soir toute petite, et pour cause elle faisait ses nuits complètes juste derrière dès l'âge de 3 semaines. Mais du coup, tout le monde trouvait qu'elle tétait "trop" le soir, et me disait que je n'avais pas assez de lait ... J'ai douté au début. Beaucoup. Et finalement, un an et demi après, j'ai toujours du lait ...

    RépondreSupprimer
  48. C'est chouette de voir tous ces commentaires !
    Ici au Québec, beaucoup de mamans allaitent, c'est dans les "mœurs" (on trouve dans les centres commerciaux des salles pour allaiter tranquillement, etc.). Et puis avec un congé payé de un an, ça aide à se lancer.

    Avant la naissance de notre fils Camille (et pas Jules ;)), je me disais que j'allais allaiter, mais que si ça ne marchait pas eh bien tant pis !

    J'ai eu une césarienne et j'ai trouvé ça dur de trouver une position confortable (difficile de se mouvoir :\). En plus apparemment il avait un frein de langue trop court. (sauf que là, mon doc me sort "vous voulez que je lui coupe?" sans autres explications... mais je ne connaissais pas ce problème moi ! Lui couper, là comme ça, ça va pas ?? ;))
    Bref, au début, il tétait mal, en fait je n'arrivais simplement pas à l'installer ! Les infirmières n'aidaient pas vraiment car elles avaient toutes leurs façons de faire différentes, et forcément, quand elles changeaient de shift, la nouvelle infirmière me disait l'inverse de la précédente et ainsi de suite... ! Seule l'une d'elle arrivait à le mettre au sein en persévérant, mais elle ne m'expliquait pas comment faire...
    (en plus, elles étaient très à cheval sur "combien de temps il a tété ? quand était la dernière fois ? On va le peser !" je savais que j'avais du lait... ça faisait depuis le 4e mois de grossesse que j'en avais...... !). Du coup, j'exprimais mon lait et on lui donnait dans une petite tasse...

    J'ai su après qu'il y avait une clinique d'allaitement dans l'hôpital ! On ne m'a même pas proposé d'y aller ! J'aurai sûrement trouvé de l'aide mais bon...
    Bref, nous sommes rentrés à la maison, j'arrivais tant bien que mal à le mettre au sein, mais que de douleurs !! J'ai fini par tirer mon lait au tire-lait, une fois, deux fois, trois fois...
    Au bout de 10 jours, je ne lui donnais plus que mon lait au biberon ! Et je l'ai fait pendant 5 mois à temps (presque) plein, puis une mastite a eu raison de moi et j'ai arrêté tranquillement.

    Avant d'accoucher, je ne me serais jamais cru capable de persévérer autant :) Je ne regrette pas de l'avoir fait, même si je suis sûre que l'on m'a regardé bizarrement ;) (mais pourquoi elle se complique la vie ainsi ??)

    J'espère que pour le prochain ça ira mieux !

    RépondreSupprimer
  49. J'ai fait un article sur mon blog concernant l'allaitement d'un bambin car j'allaite mon fils qui a 21 mois demain. Dans mon article, j'expose mes doutes et Laure (une lectrice) m'a conseillé de lire cet article, elle n'a pas eu tord, ça m'a fait du bien. Merci!
    J'ALLAITE MON ENFANT QUI A PLUS DE 20 MOIS ET ALORS!

    RépondreSupprimer
  50. Genial les filles ! Continuez a faire tourner !

    RépondreSupprimer